CPI: Nouvelles collusion entre Fatou Bensouda et les Palestiniens

Dans un tweet très irrégulier, la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a répondu au contenu du récent rapport de Palestinian Media Watch , qui montrait sa collusion inappropriée avec l’Autorité palestinienne.

D’après de nombreuses sources, PMW a rapporté différents aspects de ses interactions avec l’Autorité palestinienne, y compris des photos de la réunion de Bensouda avec le Premier ministre palestinien Muhammad Shtayyeh. Entre autres choses, PMW a cité des déclarations du responsable de l’OLP, Saeb Erekat, qui préside un comité spécial de l’Autorité palestinienne responsable du suivi auprès du tribunal, qui comprend des membres du Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens. La réunion de Shtayyeh citée ci-dessus avec Bensouda a eu lieu après que le procureur eut déjà été informé que le comité de l’AP comprenait des membres du Hamas. (Voir ci-dessous.)

La réponse de Bensouda ne mentionne pas le rapport de PMW, et elle n’a nié aucune des preuves fournies par PMW. Son tweet a simplement affirmé que son «bureau exécute son mandat avec le plus grand professionnalisme, indépendance et objectivité», sans expliquer la nécessité de se justifier sur le sujet. Cependant, se référant aux critiques du public à la suite du rapport de PMW, elle a ajouté: « Toute insinuation ou affirmation contraire est simplement induite en erreur et sans fondement. » [Compte Twitter de la Cour pénale internationale, 8 mai 2020]

Plus précisément, elle n’a pas réfuté ses contacts avec les Palestiniens, ni n’a mis en évidence le fait que le comité spécial de l’AP dirigé par Saeb Erekat, dont le but est d’assurer la liaison avec la CPI, comprend des membres du Hamas et du Front populaire pour la Libération de la Palestine – deux groupes terroristes internationalement reconnus. Ces deux groupes terroristes ont incontestablement commis des crimes pour lesquels ils pourraient être poursuivis devant la CPI.

Bensouda ne réfute aucune allégation

Elle n’a pas non plus nié l’allégation contenue dans le journal jordanien selon laquelle elle aurait déclaré aux responsables de l’Autorité palestinienne que sa requête auprès du tribunal était une imposture, présentée uniquement pour protéger «l’image publique de la CPI» ou que la décision du tribunal «est une fatalité».

De même, elle n’a pas nié avoir rencontré le Premier ministre palestinien Shtayyeh, qui est peut-être lui-même suspect au tribunal pénal en tant que celui qui est personnellement responsable du paiement des récompenses financières aux terroristes. Bensouda elle-même a déjà confirmé qu’en payant des terroristes, l’Autorité palestinienne a «encouragé et fourni des incitations financières pour la commission de violences en versant des paiements aux familles des Palestiniens qui ont été impliqués, en particulier, dans des attaques contre des citoyens israéliens, et en vertu de dans ces circonstances, le paiement de ces allocations peut donner lieu à des délits au regard du Statut de Rome. » (Rapport du Procureur de la CPI sur les activités d’examen préliminaire, 2019)

En outre, il existe d’autres crimes pour lesquels les responsables de l’Autorité palestinienne devraient être poursuivis devant la CPI. Comme l’a révélé PMW, quelques jours seulement après que Bensouda a reconnu l ‘«État de Palestine», PA TV a diffusé le message de l’ Autorité palestinienne pour lancer des attentats-suicides . Le message de l’Autorité palestinienne a même précisé quelles villes israéliennes cibler: Haïfa et Atlit. Le message a été répété au moins 4 fois au cours des dernières semaines sur une chaîne de télévision officielle de l’AP.

Ces messages et les dizaines d’autres messages similaires de l’Autorité palestinienne adressés à sa population constituent clairement une incitation à commettre des «attaques généralisées ou systématiques» dirigées contre la population civile israélienne, en violation de l’article 7 du Statut de Rome .

Ce qu’on dit les Palestiniens

Dans une interview avec le Times of Israel après avoir soumis sa demande initiale au tribunal, Bensouda a été interrogée: « Saeb Erekat de l’OLP a déclaré publiquement que le comité palestinien traitant de la CPI était composé de toutes les factions palestiniennes, y compris le Hamas et le Parti populaire Front pour la libération de la Palestine. Est-ce que vous ou des membres de votre bureau avez rencontré des représentants du Hamas ou du FPLP?

» Bensouda a répondu: «Mon bureau n’a rencontré aucune personne identifiée comme représentant le Hamas ou le FPLP.» [Times of Israel, 13 janvier 2020]

Cependant, un mois plus tard, elle a violé cet engagement. Lorsque Bensouda a rencontré en février 2020 le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Shtayyeh (voir photo ci-dessus), c’était déjà après qu’elle eut été informée que le comité de l’AP auprès de la CPI comprenait des terroristes reconnus. Pourquoi la procureure de la CPI a-t-elle accepté de rencontrer Shtayyeh alors qu’elle savait que le comité de l’AP créé et représenté par son gouvernement est composé de terroristes connus du Hamas et du FPLP? Ceci, bien sûr, en plus du fait qu’il est lui-même un accusé potentiel pour ses propres crimes de payer des salaires à des terroristes.

Nouvelles indications de collusion 

Quelques jours seulement après le rapport de PMW sur les interactions entre Bensouda et les Palestiniens, son bureau a soumis une réponse aux mémoires «Amici Curaie» (Amis de la Cour), y compris le mémoire de PMW qui avait été soumis avec d’autres organisations en réponse à sa demande initiale à la Chambre préliminaire de la CPI.

L’ampleur et la profondeur de la collusion entre Bensouda et les Palestiniens peuvent être supposées à la fois par sa tentative dans son récent tweet de cacher ou minimiser son interaction avec les Palestiniens qu’elle devrait poursuivre, et par l’ambiance amicale  exprimée de part et d’autre.

L’émission citée ci-dessus de la chanson de PA TV appelant à des attentats-suicides, ainsi que la conclusion que le paiement par l’Autorité palestinienne de récompenses financières aux terroristes impliqués dans des attentats terroristes meurtriers constituent également la base des crimes que la CPI devrait poursuivre.

Si Bensouda et la CPI sont effectivement professionnels, indépendants et objectifs, déclarer la «Palestine» comme un État ouvrirait la voie à la poursuite des dirigeants palestiniens qui contrôlent directement l’AP TV qui incite au meurtre de civils et qui paient les salaires aux terroristes. Car Bensouda elle-même a déjà écrit que «le paiement de ces allocations peut donner lieu à des crimes du Statut de Rome». (Procureur de la CPI Rapport sur les activités d’examen préliminaire , 2019)

Pourtant, les responsables de l’AP et de l’OLP n’ont eu que des éloges pour la position de Bensouda.

Satisfecit des Palestiniens

Le 5 mai 2020, PA TV News a annoncé que Shtayyeh avait «salué l’annonce» de Bensouda. Erekat, qui dirige le comité spécial de l’AP / OLP responsable des contacts avec la CPI, a exprimé son «appréciation» et sa «fierté» à Bensouda pour sa «démarche courageuse»:

«Le secrétaire du Comité exécutif de l’OLP, Saeb] Erekat, déclare que le rapport de la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI) [Fatou Bensouda] est un pas courageux dans la bonne direction pour ouvrir une enquête…
Saeb Erekat, le chef du comité national chargé des contacts avec le La CPI a exprimé sa gratitude pour le rapport courageux et responsable de la procureure générale de la CPI, Fatou Bensouda, et pour sa réponse aux commentaires des participants aux discussions déterminant l’autorité régionale de la CPI sur la Palestine, s’appuyant sur ce que [le comité national] a transmis au [ ICC] département préliminaire.
Erekat a exprimé sa fierté dans l’engagement de Bensouda dans le mandat qui lui a été confié afin de garantir l’exigence de responsabilité et de justice, ce pour quoi la CPI a été créée. Il a souligné l’importance de cette étape, car elle contribue à la protection des droits du peuple palestinien contre les crimes de l’occupation. »

[Nouvelles officielles de PA TV, 24 avril 2020]

Inutile de dire que la confiance exprimée par Shtayyeh et Erekat indique qu’ils sont certains que Bensouda poursuivra Israël et ne poursuivra pas les Palestiniens, même si objectivement les Palestiniens sont ceux qui ont commis des crimes.

Il faut conclure que les dirigeants palestiniens qui ont fait l’éloge de la décision ont été informés explicitement ou ont été amenés à croire par le procureur de la CPI que seul Israël doit être pris pour cible par le tribunal. Tous ces éléments sont des indications supplémentaires d’une collusion inappropriée entre la procureure et l’Autorité palestinienne.

Il est temps que la procureure de la CPI publie une réponse sérieuse dans laquelle elle ne se contente pas de revendiquer l’impartialité et le professionnalisme, mais dans laquelle elle répond à toutes les questions sérieuses pointant la collusion avec l’Autorité palestinienne que PMW a soulevées.

SOURCE : Palestinian Media Watch

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *