Vladimir Poutine évoque la Thora pour justifier la présence russe en Crimée

 

Le président russe devient coutumier du fait. Il ne se passe plus une semaine, sans que Vladimir Poutine ne fasse référence dans ses discours à Israël où à la culture juive. (Voir le lien en fin d’article).

Questionné durant le weekend par des journalistes étrangers à propos de l’annexion de la Crimée par la Russie, le maître du Kremlin n’y est pas allé par quatre chemins. Il a argumenté en évoquant…la Thora !

« Pouvez-vous me citer un seul pays qui accepte de céder des territoires » a rétorqué Poutine. « La Crimée a toujours été un territoire russe, les découpages de frontières, les guerres successives et l’effondrement de l’Union soviétique ont fait que l’Ukraine s’est retrouvée avec le bébé sur les bras. Mais si vous êtes de bonne foi, vous savez pertinemment que la culture et l’histoire de la Crimée sont profondément russes », a-t-il poursuivi.

Mais la conclusion de son développement sur la question va surprendre son auditoire. « De tout temps et dans toutes les cultures, les peuples se sont battus pour leur terre. Ce n’est pas un hasard si la Torah affirme que céder un territoire est un grand péché ».

Poutine et la Thora… déjà en 2017

Cet argument avait déjà été avancé en octobre 2017 par Vladimir Poutine au club de discussion Valdai. Un forum international annuel qui promeut le dialogue entre les dirigeants sur diverses questions. L’un des participants à la conférence avait interrogé le président russe sur la place prépondérante des technologies de pointe, par opposition aux anciennes valeurs de territoire, de démographie et de ressources naturelles.

Poutine avait manifesté son désaccord sur le sujet arguant que les technologies de pointe « ne devaient pas se subtiliser aux valeurs anciennes mais se superposer à celles-ci. D’ailleurs, tous les peuples européens appliquent ces valeurs judéo-chrétiennes contenues dans les premiers textes bibliques. La Thora affirme qu’il ne faut sous aucun prétexte céder un territoire qui vous appartient. Jamais », avait martelé le président russe.

Intégrera-t-il ce principe dans sa vision du règlement du conflit israélo-palestinien ?

Voir aussi l’article : Quand Poutine raconte une plaisanterie israélienne sur Tsahal

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *