Licencié pour avoir organisé un Kaddish dans un Kibboutz laïc

Vive tension au sein du Kibboutz Nirim situé dans la périphérie de la bande de Gaza. En cause l’organisation d’un Kaddish pour le père décédé de l’un des membres.

Il y a un mois de cela, le père d’un des membres du Kibboutz Nirim décède. Son fils, même s’il n’est pas religieux, souhaite respecter la mémoire de son père et réciter la prière des morts. Par conséquent, il réunit le quorum de 10 personnes mais problème, le Kibboutz ne possède pas de synagogue.

Affiliés au mouvement laïc de l’Hashomer Hatsaïr, les membres du Kibboutz avaient à son origine, décidé qu’il n’y aurait aucune infrastructure religieuse dans l’enceinte de la communauté.

Aussi, le fils en deuil se tourne vers le responsable de la sécurité du Kibboutz qui administre les abris (anti-roquettes) et lui demande l’autorisation d’occuper l’un d’eux pendant une heure le vendredi soir. Le chef de la sécurité comprend la situation et obtient le feu vert de Tsahal pour l’ouverture d’un abri inutilisé le vendredi soir.

La sanction tombe : congédié

Sauf que les principes fondateurs du Kibboutz sont parfois dogmatiques pour certains. La dizaine de personnes réunies les vendredis soir commencent à inquiéter les membres laïcs de Nirim. Ils redoutent que cet office religieux ne soit qu’un premier jalon en vue de la construction d’une synagogue définitive.

Le chef de la sécurité est convoqué illico. Titulaire d’une médaille d’excellence de Tsahal (après l’opération Tsouk Eytan contre le Hamas à Gaza),  il passe aux aveux sans comprendre la « gravité » de ses actes ! Le comité décide aussitôt de le congédier. Il a une semaine pour plier bagage. Un remplaçant est même nommé dans la foulée.

Contactés, les responsables du kibboutz se contentent de répondre :

« L’incident est encore en débat au sein du Kibboutz et ne concerne que notre fonctionnement interne. Il ne regarde personne d’autre ».

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l’actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

3 pensées sur “Licencié pour avoir organisé un Kaddish dans un Kibboutz laïc

  • 13 novembre 2017 à 9:03
    Permalink

    Ce kibbutz est protege par l armee , je pense qu il devra se defendre tout seul , gaza est a quelque metres , la bas , il n y a pas de synagogue , et ces  » haverim  » seront moins indisposes !

    Répondre
  • 13 novembre 2017 à 12:09
    Permalink

    Jg , je pensais comme vous avant de vous lire !
    Encore faut-il que Tsahal n’ait pas la même mentalité !! Ces gens aimeraient un Pays juif sans synagogue !! effrayant , c’est là qu’on voit le ver dans le fruit !! Ce sont eux les responsables de la prochaine catastrophe car n’oubliez pas que c’est le TOUT PUISSANT qui décide , le Dieu d’Israël ! Dieu éprouve ceux qu’il aime !

    Répondre
  • 13 novembre 2017 à 5:32
    Permalink

    Certains ici semblent un peu oublier que les havehim des kibboutzim ont payé le prix fort dans toutes les différentes guerres qu’a connues Israël à la différence des juifs orthodoxes qui ne font pas leur service militaire.
    David Ben Gourion a vécu dans un kibboutz (Sdé Boker) sans synagogue et sans que cela l’ait dérangé. Ce n’est que plus de 60 ans après la fondation du kibboutz en 1952 qu’il a été décidé de construire une synagogue.
    Je ne connais pas les détails concernant le Kibboutz Nirim mais je ne suis pas convaincu que la terminologie utilisée (Il passe aux aveux sans comprendre la gravité de ses actes) reflète bien la nature du conflit

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *