Lettre ouverte à monsieur Serge Moati

 

   A l’occasion de la naissance de votre nouveau documentaire : Il était une fois Israel, permettez-moi de m’adresser à vous, fraternellement. Par Yehouda Djaoui

Monsieur Moati, comme vous, je suis né à Tunis, j’ai été au Lycée Carnot puis je suis venu en France où j’ai reçu un enseignement républicain. Bien que reconnaissant à la France qui a formé notre personnalité, nous sommes aussi, tous les deux imprégnés de notre identité juive, celle d’un juif sépharade ouvert et attentif à l’autre.

Cependant, alors vous continuez à vivre en exil, j’ai décidé, il y a trois décennies de venir vivre en Israel car j’ai voulu que mes enfants et petits-enfants retrouvent leur pays d’origine, le pays de nos ancêtres et celui de notre avenir.

Pour vous, la laïcité demeure l’idéal, celui d’un homme attaché au siècle des Lumières. L’idée qu’un dieu s’insinuerai dans les affaires des hommes vous est intolérable, bien que vous vous disiez croyant et attaché à Israel.

En venant en Israel, j’ai eu le bonheur d’étudier les textes hébraïques avec des sages de la Thora qui m’ont appris l’universalité du judaïsme bien au-delà de la spécificité de son message.  Pour moi, l’étude de la Thora n’est pas une aliénation à la seule pratique religieuse mais au contraire une libération des carcans de la matérialité de l’homme. Je ne confonds pas les signes extérieurs de religiosité et le comportement morale que la Thora exige de l’homme. Je ne confonds pas, non plus, l’habitus avec le message qui transcende l’homme.

Au lieu de puiser dans les ténèbres de la seule raison humaine, je me suis engagé dans le chemin qui mène à la source de l’âme humaine.

Étudiez avec un guide éclairé

Monsieur Moati, je vous engage à étudier avec un guide éclairé, nos sources hébraïques et vous y découvrirez les sentiers qui vous sortiront du labyrinthe de la culture grecque mortifère.

Alors que les religions chrétiennes et islamiques ont débuté avec un fondateur unique, un homme sans doute éclairé, le judaïsme, lui commence par le Créateur de l’homme dans sa plénitude, par Adam et Eve ces êtres primordiaux détenteurs des potentialités de toute l’humanité.

Souvenez-vous, vous comme moi, nous étions réduits à l’esclavage en Egypte, Mitzraim en hébreu ce qui veut dire l’étroitesse. Nous sommes sortis de cette aliénation physique et après des pérégrinations dans le désert, vous comme moi, nous avons reçu la Thora. Cette lumière n’a pas été donné à un unique privilégié mais a tout le peuple qui a entendu et vu ces Paroles.

La Thora du Sinaï constitue dès lors la patrie spirituelle de tout juif comme le dit si bien Abraham Livni.  Cette thora du Sinaï n’est pas une fin mais un moyen d’arriver à la Thora de Sion ; ce qui nécessite la conquête de cette Terre Promise. La finalité de la sortie d’Egypte n’est pas de vivre à titre individuel la Thora dans le désert mais de la vivre ensemble à Sion.

   La Thora du Sinaï n’est qu’a l’état de semence, elle a besoin de germer et de se développer sur la terre d’Israel. La thora du Sinaï descend du ciel vers la terre, la Thora de Sion est la meme Thora lorsqu’elle remonte de la terre vers le ciel.[1]

Monsieur Moati, ne tombez pas dans le piège des Palestiniens

Cher Monsieur Moati, relisez l’épisode des Explorateurs, ces hommes considérables parmi les fils d’Israel qui ont dédaigné le pays de la Promesse et qui ont eu peur d’affronter les difficultés de sa conquête.

Nos textes ne nous pas cachent l’apparition de nombreux ennemis qui sont sur notre chemins pour retarder notre retour et en s’attaquant lâchement aux trainards.

Monsieur Moati, libre à vous d’être en retard avec l’histoire de votre Peuple, de votre terre et de la Thora de Sion mais, de grâce, ne réduisez pas ce retour à sa dimension politique politicienne, Au lieu d’être amputé de votre droite, retrouvez l’entièreté de votre corps et libérez votre esprit.

Ne tombez pas dans le piège des Palestiniens, ce peuple inventé pour gêner notre retour. Il n‘y a jamais eu de peuple palestinien, jamais de culture palestinienne, jamais de capitale palestinienne. La Palestine était uniquement une province négligée de l’empire ottoman et Jerusalem n’est jamais cité dans le Coran. Souvenez-vous, aussi du jugement du roi Salomon. N’est-ce pas la fausse mère qui préférait voir l’enfant coupé en deux plutôt que le voir revenir à sa véritable mère ?

Monsieur Moati, ne vous trompez pas, nous sommes en guerre avec des ennemis qui préfèrent la mort a la vie. Relisez les écrits de Mahomet et vous verrez que pour l’Islam la paix ne se faire qu’après la reddition totale de leurs ennemis ! Transmettez ce message à l’Europe sur la voie de son islamisation.

Monsieur Moati, revoyez votre jugement a la lumière de la réalité sur le terrain et non pas a l’aune de votre humanisme tolérant mais aventureux.

Monsieur Moati, bravo pour votre cri du cœur et votre amour d’Israel mais, hélas l’enfer est pavé de bonnes intentions.

[1] Abraham LIVNI Le retour d’Israel et l’esperance du monde. Editions du Rocher.

Yéhouda Djaoui

Yéhouda Djaoui

Ecrivain israélien. Auteur des livres - Israël, la paix et les médias. Editions Brit Chalom 1998. - Le temps des confusions. Editions Le Manuscrit 2006. - Israël miroir du monde. Editions Persée 2009. - Quand l’Occident s’éveillera…Editions Persée 2012 -Amnésie internationale. Editions Persée 2014.

13 pensées sur “Lettre ouverte à monsieur Serge Moati

  • 12 juin 2018 à 9:35
    Permalink

     » Pour moi, l’étude de la Thora n’est pas une aliénation à la seule pratique religieuse mais au contraire une libération des carcans de la matérialité de l’homme » Etrange cette phrase, pour moi la Thora n’aspire pas du tout à la « libération de la matérialité de l’homme » mais explique justement que la réalisation du projet divin réside dans l’acceptation de la matérialité.

    Répondre
    • 12 juin 2018 à 10:54
      Permalink

      Vous avez tout a fait raison, ces deux dimensions sont complementaires. Ma remarque s’adressait a ceux qui ont tendance a magnifier l’une par rapport a l’autre.

      Merci pour votre remarque

      Répondre
  • 12 juin 2018 à 1:53
    Permalink

    C’est ce même Moati qui a introduit Stéphane Hessel de sinistre mémoire, en lui faisant un Kavod énorme dans son émission à France 5. C’est lui qui a invité à plusieurs reprises tarik Ramadan, c’est lui qui est devenu presque ami avec Le PEN, C’est lui qui reste un amoureux de la tunisie et de ses représentants islamistes. Ce type est excécrable, donneur de leçons, ami des pires gauchistes Israéliens, en parenté avec la conseillère (qui se nomme Moati ) de l’enragée députée arabe israélienne hanan zoabi , cette conseillère est la compagne de l’ancien ambassadeur d’Israel en France l’islamo gauchiste Dany Scheck, grand ami de charles enderlin.

    Répondre
  • 12 juin 2018 à 4:40
    Permalink

    passons, sur l’affirmation selon laquelle « il n’y a jamais eu de peuple palestinien » -on peut en dire autant du peuple israélien jusqu’au siècle dernier. Mais l’affirmation selon laquelle « il n’y a jamais eu de culture palestinienne » est là pour rappeler à quel degré de fanatisme peuvent en arriver, même lorsqu’ils ont fait des études, des adorateurs-de-la-Torah…

    Répondre
    • 12 juin 2018 à 5:23
      Permalink

      – Qui sont les « Palestiniens » ? ? ?

      Si vous êtes si sûr que l’existence de la « Palestine » remonte très loin dans l’Histoire, je suppose que vous serez capable de répondre aux questions qui suivent sur ce pays, la « Palestine » :

      – 1) Quand a-t-elle été fondée, et par qui ?
      – 2) Quelles étaient ses frontières ?
      – 3) Quelle était sa capitale ?
      – 4) Quelles étaient ses principales villes ?
      – 5) Qu’est-ce qui constituait la base de son économie ?
      – 6) Quelle était la forme de son gouvernement ?
      – 7) Pouvez-vous nommer un chef palestinien avant Arafat ?
      – 8) Quelle était la langue de la Palestine ?
      – 9) Quelle était la religion dominante en Palestine ?
      – 10) Quel était le nom de sa monnaie ? Choisissez une date dans l’Histoire, et citez le taux de change à cette date de la monnaie palestinienne contre le dollar US, le mark allemand, la livre britannique, le yen japonais ou le yuan chinois.
      – 11) Quels objets archéologiques les Palestiniens ont-ils laissés ?
      – 12) Connaissez-vous une librairie où l’on pourrait trouver une œuvre littéraire palestinienne produite avant 1967 ?
      – 13) Enfin, puisqu’un tel pays n’existe plus, quelle a été la cause de sa disparition, et quand a-t-il disparu ?

      Si vous vous lamentez sur le « lent naufrage » de cette nation autrefois « fière », pourriez-vous dire quand, exactement, cette « nation » a été fière, et de quoi elle était fière ?

      Et maintenant, la moins ironique de toutes les questions : si cette population que vous appelez par erreur « palestinienne » n’est pas seulement constituée d’Arabes génériques mais en grande partie d’Arabes provenant – ou plutôt expulsés – du monde arabe alentour, si elle possède vraiment une identité ethnique qui lui donnerait un droit à l’autodétermination, pourquoi n’a-t-elle jamais essayé d’accéder à l’indépendance avant qu’Israël n’inflige aux Arabes une défaite cuisante lors de la guerre des Six-jours ?

      J’espère que vous éviterez la tentation d’invoquer un lien entre les « Palestiniens » actuels et les Philistins de la Bible : substituer l’étymologie à l’Histoire ne saurait être de mise.

      La vérité devrait être évidente pour qui veut la connaître. Les Arabes n’ont jamais abandonné le rêve de détruire Israël : ils continuent de le chérir. N’ayant pu détruire Israël par la force militaire, ils tentent aujourd’hui de le faire par procuration. À cette fin, ils ont créé une organisation terroriste qu’ils ont appelée non sans cynisme le « peuple palestinien » et qu’ils ont installée à Gaza, en Judée et en Samarie. Autrement, comment expliquez-vous le refus par la Jordanie et l’Égypte, après la guerre des Six-jours, d’accepter inconditionnellement de reprendre l’une la « Cisjordanie » et l’autre Gaza ?

      Le fait est là, la population arabe de Gaza, de Judée et de Samarie est bien moins fondée à revendiquer un statut national que la tribu d’Indiens américains qui s’est rassemblée avec succès dans le Connecticut pour y créer un casino détaxé : au moins cette tribu était-elle motivée par un but constructif. Les soi-disant « Palestiniens », eux, n’ont qu’une motivation : la destruction d’Israël ; et de mon point de vue, cela ne saurait suffire à faire d’eux une nation – ni rien d’autre à l’exception de ce qu’ils sont vraiment : une organisation terroriste qui finira par être démantelée.

      En vérité, il n’existe qu’un moyen de parvenir à la paix au Proche-Orient. Il faut que les pays arabes reconnaissent et acceptent leur défaite dans leur guerre contre Israël, et, en tant que perdants, qu’ils versent à Israël des réparations pour les dégâts qu’ils lui ont causés depuis plus de 60 ans. La forme de réparation la plus appropriée consisterait à éliminer leur organisation terroriste de la terre d’Israël et d’accepter l’antique souveraineté d’Israël sur Gaza, la Judée et la Samarie.
      Ce serait la fin du « peuple palestinien ».

      Vous disiez qu’il vient d’où, déjà ?

      Et Heil ! Lâche barbare malfaisant djihad islamique terroriste satanique maudit, qui s’éclate en massacrant. Rappelons que le djihad est la guerre sainte musulmane mortifère, obscurantiste, moyenâgeuse, suprémaciste/suprématiste de conquête, de colonisation, de soumission, d’asservissement, d’esclavagisme, de pillages [razzias], de vols, de viols, de conversions forcées, de tortures, de lapidations, d’égorgements, de décapitations, de bains de sang, de carnages, de massacres, de génocides [Hindi Kouch, Arménien… ], de lâcheté, de haine, d’ignorance crasse, de cupidité, de crapulerie, de brutalité, de perversité, de sadisme, de cruauté, de bestialité, de destruction, de violence, de mort !

      Répondre
      • 13 juin 2018 à 5:09
        Permalink

        libre à vous de nier l’existence du peuple palestinien et de le présenter comme une… organisation terroriste mais il y a quelque impudence dans ces conditions et surtout quelque ridicule à vous présenter comme étant désireux de « parvenir à la paix au Proche-Orient ».

        Répondre
    • 13 juin 2018 à 6:11
      Permalink

      permalink dire la verite c,est du fanatisme?

      Répondre
  • 12 juin 2018 à 6:08
    Permalink

    Les adorateurs du palestinisme sont prêts a tout pour ne pas voir la réalité. Citez-moi un élément culturel palestinien un vestige palestinien.
    Comment pouvez-vous comparer 4000 ans d’histoire qui ont imprégné la culture chrétienne avec une entité née dans les officines du KGB il y a quelques décennies ?
    Ne confondez pas le juif des nations en exil et le peuple hébreu revenu sur sa terre ancestrale

    Répondre
    • 13 juin 2018 à 11:59
      Permalink

      pour ce qui est des « officines » (avec ou sans guillemets) vous oubliez que l’ONU en était une, aussi, et que ce fut bien un vote de celle-ci qui accepta le principe de la création de l’Etat d’Israël, même s’il n’y a pas lieu de perdre de vue la lutte d’indépendance héroïque.
      Il y a par ailleurs quelque désinvolture à invoquer des manoeuvres d’officines là où on est en présence d’une réalité qui est celle d’hommes et de femmes parqués dans des camps et qui pour cette seule raison et du fait de ce qu’ils subissent auraient acquis une conscience nationale, quand bien même n’aurait-elle pas existé antérieurement.

      Répondre
  • 13 juin 2018 à 6:11
    Permalink

    permalink dire la verite c,est du fanatisme?

    Répondre
  • 13 juin 2018 à 6:38
    Permalink

    Pourquoi insister au près de personnes qui ont enterré leur origine juive en épousant une non juive et un non juif.
    Ce n’est pas original, Serge et Nine, vous concernant.
    Laissez-nous tranquilles, continuez à psalmodier cette phrase mise tragiquement au gout du jour:
    « heureux, comme un Juif en France ». Grand bien vous fasse.
    De grâce, laissez-nous tranquilles.
    Zouïza

    Répondre
  • 14 juin 2018 à 8:36
    Permalink

    <>

    C’est pas compliqué et ça sonne juste

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *