L’Arabie saoudite lutte pour sa survie

Pour ce faire, il doit stabiliser son pouvoir en supprimant le système de freins et de contrepoids nourri par les factions princières rivales et des affiliations tribales, ainsi que son système de sécurité qui se trouve affaibli par ces deux acteurs. La question est de savoir s’il sera capable d’éviter le sort du Shah, qui a transformé l’Iran en une puissance régionale, mais qui a été victime d’une opposition venue de l’intérieur, née de sa concentration du pouvoir.

Même aux États-Unis, une nation dont le système de pouvoir et contre pouvoir limite le pouvoir exécutif et atténue le risque de tyrannie, il a toujours été largement reconnu qu’en période de grand danger imminent venu de l’extérieur, une loi sur les pouvoirs en temps de guerre doit être adoptée, afin de permettre aux acteurs majeurs de l’exécutif de relever le défi. Un classique de la lecture juridique bien connu sur ce thème est justement intitulé «Dictature constitutionnelle».

L’Arabie Saoudite est confrontée à une menace externe existentielle d’envergure. En réponse, le jeune Muhammad Bin Salman (également connu sous le nom de MBS), le prince héritier et ministre de la Défense, est déterminé à transformer le royaume.Lire la suite sur jforum.fr