Anti-séfarade primaire: Le patron d’Haaretz perd les pédales sur Twitter

Quand « l’intelligentsia ashkénaze» israélienne se mêle au « petit peuple séfarade» sur les réseaux sociaux, cela fait parfois des étincelles. Amos Schocken, le patron du quotidien Haaretz vient de montrer l’une de ses facettes les plus méprisantes à l’égard d’une intervenante sur sa page Twitter.

Alors qu’elle réagissait sur Twitter à un article du directeur du quotidien Haaretz, Ravit Dahan, ne s’attendait sans doute pas à recevoir une volée de bois vert de la part du principal intéressé. D’autant que la réaction d’Amos Schocken est carrément raciste à l’égard des séfarades.

C’est Ravit Dahan qui ouvre le bal sur Twitter en critiquant un article paru dans le Haaretz. Schoken l’interpelle et l’invite à acheter le journal du weekend : « vous ne le regretterez pas », lui assure-t-il.

Ravit Dahan réagit et affirme ne pas vouloir donner un sous à un journal qui soutient « ceux qui souhaitent la destruction d’Israël ». Piqué au vif, Schocken répond « Pas besoin de votre argent, votre idéologie se détruit par elle-même ». Sur le même ton, Ravit Dahan ne se démonte pas: « C’est grâce à mon idéologie que vous vivez dans ce pays comme un roi et que vous pouvez écrire et publier votre journal hallucinant, sans aucun problème.

Insulte raciste

Que se passe-t-il alors dans la tête d’Amos Schocken ? Toujours est-il que le directeur du Haaretz se permet d’insulter son interlocutrice : « Insolente. Ma famille se trouvait à la direction du mouvement sioniste, lorsque que vous grimpiez encore aux arbres. Le Haaretz est depuis 83 ans entre les mains de la famille Schocken. Nous nous sommes merveilleusement débrouillé sans votre idéologie ».

Le Twitt raciste d'Amos Shoken
Le Tweet raciste d’Amos Shoken

Réalisant qu’il est allé trop loin, Amos Schocken tweete quelques instant plus tard que son intention n’était pas de blesser, qu’il s’était mal exprimé, qu’il est pour la discussion, qu’il supprime le malencontreux Tweet, etc.

Trop tard. Des centaines de personnes avaient déjà réagi. La petite phrase indigne ses adversaires, stupéfait ses proches et met finalement tout le monde d’accord : Amos Schocken a perdu une fois de plus, l’occasion de se taire.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

5 pensées sur “Anti-séfarade primaire: Le patron d’Haaretz perd les pédales sur Twitter

  • 17 avril 2018 à 1:12
    Permalink

    D’une part, Schoken ne connaît rien au sionisme ni aux Séfarades (les Séfarades aussi, ont un rôle actif et décisif dans le sionisme moderne (ma famille en est un bon exemple !)) et d’autre part quand Schoken dit « Ma famille se trouvait à la direction du mouvement sioniste, lorsque que vous grimpiez encore aux arbres. » on peut légitimement se demander qu’est-ce qui grimpe aux arbres si ce n’est les singes ? Nous nous souvenons alors comment les Arabes antisémites nous décrivent, nous, Juifs… Ils prétendent que nous sommes descendants des porcs… et des singes ! On voit donc tout de suite où Schoken prend son inspiration : dans les annales de l’antisémitisme !

    L’autre point important est de se souvenir qui nous déshumanisait et nous décrivait comme des bêtes (afin de mieux nous exterminer). L’antisémitisme nazi.

    Je ferais une petite enquête pour savoir qui est (vraiment !) ce type. Un Juif ne peut pas dire ce qu’il a dit d’un autre Juif et son propos implique forcément que nous serions, selon ses dires, d’une espèce différente de la sienne.

    J’espère que Schoken aura toute une série de graves problèmes juridiques car il ne s’agit plus là de liberté d’expression. Ce genre de propos tombe sous le coup de la loi.

    Répondre
    • 17 avril 2018 à 1:21
      Permalink

      Quoi qu’il en soit, ‘Amos Salman Schoken trahit sa famille, son peuple, et le mouvement émancipateur de celui-ci ! Il devrait se cacher, être terré, couvert de honte ! Et si Haaretz est dirigé par la famille Shocken depuis plus de 80 ans, ‘Amos Salman Shcocken en a, lui, les rennes depuis beaucoup moins longtemps. La gauche israélienne dans les années 50 jusque dans les années 80 était très différente de ce qu’elle est aujourd’hui et depuis, grosso modo, les années 90 ! Elle était véritablement sioniste et défendait les valeurs sioniste. Depuis elle a trahi ses idéaux et se revendique clairement « post-sioniste » ! Donc que Schoken ne nous donne pas des leçons de sionisme, il a plus à apprendre de nous en la matière que nous de lui !

      Répondre
  • 17 avril 2018 à 2:22
    Permalink

    est-il subventionné par Soros? (a ne pas confondre avec le justicier masqué)
    il paraît qu’il n’aime pas beaucoup les juifs.

    Répondre
  • 23 avril 2018 à 12:52
    Permalink

    Je suis sefarade et fier de l’etre n’en deplaise a ce pauvre individu dont la cervelle ne doit pas depasser celle d’un escargot (et encore pas certain).
    C’est cela la gauche,qu’elle soit israelienne ou d’ailleurs.
    Monsieur le directeur du journal Haaretz,un sefarade vous dis MERDE ET CECI POUR RESTER POLI

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *