Séparées par les nazis il y a 75 ans, elles se retrouvent par hasard

 

Les retrouvailles de Chaya Levy (91 ans) et Esther Sheinberg (88 ans). Elles ont grandi ensemble en Transylvanie. La seconde guerre mondiale les a tragiquement éloignées. Mais le hasard les a réunis 75 ans plus tard.

« Estika », s’est écriée Haya Lévy, lorsque son amie d’enfance Esther Sheinberg a franchi le seuil de sa porte. La première émotion dissipée, après des embrassades et des étreintes, les deux amies ont remonté le temps.

Durant la guerre, les deux femmes et leurs familles furent déportés à Auschwitz. Pendant deux années, Esther a survécu dans le bloc des enfants, pendant que Haya elle, fut assignée au bloc 26. Jamais elles ne se croisèrent. Pratiquement seules survivantes de leurs familles respectives, à la libération, les deux amies montèrent séparément en Israël.

Le hasard voulut que, sans le savoir, elles habitèrent durant de longues années l’une à côté de l’autre dans la ville de Bné Brak. Là encore, elles ne se rencontrèrent pas.

 

 

Leurs filles font le rapprochement

Les circonstances qui ont conduit à ces retrouvailles n’en sont pas moins étonnantes.  La connexion entre les deux amies est à mettre au crédit de leurs filles respectives. Ces dernières ont fait connaissance au cours d’une excursion à Safed, par l’intermédiaire d’une troisième amie commune. « C’était il y a 15 jours, pendant les fêtes de Souccoth. Nous nous sommes raconté l’histoire de nos familles », se remémore  l’une d’elle. «Nous avons rapidement constaté que nos mères étaient originaires de la même ville. Lorsque nous leur avons raconté cette rencontre, elles ont toutes deux sursauté à l’évocation des noms ».

« Les retrouvailles étaient incroyablement émouvantes », raconte Naomie, la fille de Haya. « C’est comme une renaissance.  Chacune d’entre elles pensait que l’autre n’avait pas survécu aux nazis. Une vie entière s’est écoulée, elles n’avaient toutes deux plus personne pour évoquer le passé. Et voici qu’elles se retrouvent, évoquent leurs souvenirs dans leur même langue natale. Elles ne se quittent plus, se parlent tous les jours au téléphone et adorent jouer au rami ensemble…comme avant ».

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *