Un rockeur britannique prend la défense d’Israël : »ils sont jaloux! »

« Ceux qui critiquent Israël sont jaloux ! ». Non, il ne s’agit pas là d’une nouvelle sortie de Binyamin Netanyahou à la tribune d’une quelconque institution internationale, mais bien d’une déclaration du rocker britannique et ancien leader des Smiths Morrissey à l’occasion de la sortie de son dernier album, « Low in High School ».

Dans les bacs depuis le 17 novembre dernier, le 11e album solo de Steven Patrick Morrissey présente notamment deux titres pro-israéliens largement évocateurs dont « Israël » qui se veut être une réprimande en direction de ceux qui critiquent l’État juif. « Dans d’autres climats, ils chuchotent et pleurnichent / Juste parce que vous n’êtes pas comme eux – Israël, Israël / Et ceux qui pleuvent sur vous, ils sont jaloux de vous aussi », chante Morrissey sur la piste de clôture de l’album, six minutes en tout, rapporte le Jewish Chronicle.

L’artiste pop mainstream, catholique irlandais de 58 ans, connaît bien Israël pour s’être produit plusieurs fois à Tel Aviv, où il a même reçu la clé de la ville en 2012 après s’être drapé du drapeau israélien lors d’un concert. Morrissey n’a pas manqué de faire remarquer qu’aucune autre cité ne l’avait jusque-là honoré, pas même sa ville natale de Manchester.

A qui le tour ?

Autre titre émouvant, « The Girl from Tel Aviv who wouldn’t kneel », probablement écrit en hommage à Etty Hillesum, chroniqueuse juive néerlandaise tuée à Auschwitz pendant la Shoah qui se présente, dans ses écrits, comme la « fille qui ne peut pas s’agenouiller ».

Dans la même veine, le chanteur britannique Boy George s’est illustré cet été sur la scène telavivienne en arborant une tenue aux étoiles de David. Et l’on se souvient de Bob Dylan en 1983 qui a écrit la chanson « Neighborhood Bully » sur son album « Infidels » dans laquelle il mettait l’accent sur l’infériorité numérique d’Israël au Moyen-Orient, « d’environ un million contre un », pourtant traité de tyran par le onde entier pour se défendre contre ces attaquants. Alors à qui le tour ? Qui sera le prochain artiste, pourfendeur de l’État hébreu ? Coolamnews veille !

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *