Rien ne va plus: Ce qu’il faut changer dans le système politique israélien

 

Le système de gouvernement en Israël est hautement centralisé. Le système national proportionnel et la liste préétablie de candidats ne peut être modifiée par les électeurs. Aucune flexibilité ni division en districts, aucune circonscription existante et donc aucune représentation. Par Rony Akrich.

Il en résulte une préférence pour la politique nationale par rapport aux voix régionales et aux intérêts locaux.
L’absence totale de lien entre les électeurs et leurs représentants: les membres de la Knesset n’ont pas d’engagement, par exemple, envers un canton en particulier, mais simplement avec quelques centaines de partisans dispersés dans tout le pays. Pour les critiques du système national, cela exclut presque tout engagement personnel des parlementaires envers leurs électeurs.

L’introduction de circonscriptions pourrait renforcer les antennes locales des partis et établir un lien entre les électeurs et leurs représentants sans porter atteinte au principe de proportionnalité.

La sous-représentation de la périphérie: le fait que tous les membres de la Knesset soient élus sur des listes de parti à l’échelle nationale prive la périphérie géographique d’une représentation juste. Résultat: ses intérêts ne sont pas entendus équitablement et ses habitants ne se sentent pas associés aux actions faites au niveau national.

L’élaboration des listes de candidats élus, suite à une élection primaire, se fait à guichet fermé avec une participation moyenne et souvent minoritaire des fameux inscrits et détenteurs de la carte du parti.

Magouilles

Les places sont chères, il faut beaucoup d’argent, de complices, de soutiens, de magouilles au sein de la caste.
On garde aussi deux ou trois places bien en chair pour des intéressés, un visage féminin, un Juif éthiopien ou bien un bon p’tit druze ancien combattant. On aime surtout nos ex guerriers, on adule l’uniforme, on le caresse dans le sens du poil et lui affirme qu’ayant mené les troupes au front, il n’aura aucun mal à mener Israël à la victoire.

Il est donc bien évident que nous assistions à une érosion de la confiance dans les représentants élus. Cette loyauté des représentés envers les membres de la Knesset en particulier, et dans les institutions du gouvernement en général, a régulièrement diminué au cours de la dernière décennie.

Cette usure provient en grande partie du fait de la démotivation des membres de la Knesset. Ils ne sont concernés, d’aucune manière, par un lien fort et affectif avec les soucis et les desiderata des personnes qu’ils sont censés représenter et ne se sentent aucunement responsable au singulier comme au particulier. L’adoption d’un système de circonscription pourrait contribuer à raviver ces liens, qui se sont affaiblis au fil des ans.

Il y a trop de partis politiques en Israël.

L’adoption du système de circonscription et l’instauration de seuils d’éligibilités appropriés devraient permettre de réduire le nombre de partis et d’améliorer ainsi la stabilité du gouvernement et du système politique.

Lorsque les mécanismes de représentation politique ne sont pas en mesure de représenter le peuple comme une unité. Lorsque le processus de représentation ne représente pas la souveraineté populaire. Quand l’égalité politique est trahie. Lorsqu’il existe un écart important entre le système politique et la promesse démocratique, nous sommes confrontés à une crise de représentation.

Devenus majeurs et vaccinés, âgés de plus de 70 ans, le peuple compte bien être entendu, compris et soulagé face aux sujets cardinaux de son quotidien : Salaire, retraite, pouvoir d’achats, justice sociale pour tous, accès commun aux études, à la culture et aux loisirs…Israël pour un monde enchanté, un pied de nez à Mr Max Weber!

Rony Akrich

Rony Akrich

Rony Akrich 62 ans (les Passions d'un Hebreu) enseigne l'historiosophie biblique, il est l'auteur de 3 ouvrages sur la pensee Hebraique et ecrit nombre de chroniques et aphorismes en hebreu et francais. Il est le fondateur du "Cafe Daat" a Jerusalem (une forme d'universite populaire). Il reside a Kiriat Arba en Judee, pere de 7 enfants et 19 petits enfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *