Pourquoi Elie Wiesel chantait « Ani Maamin » avec autant de conviction ?

 

Rescapé des camps d’extermination nazis, Elie Wiesel avait consacré sa vie à la mémoire de la Shoah et à la lutte contre l’indifférence, l’intolérance et l’injustice. Près d’un an après sa mort, l’écrivain et prix Nobel de la paix est toujours présent dans les mémoires. Voici une vidéo inédite d’Elie Wiesel, chantant avec conviction la chanson « Ani Maamin ». Mais connaissez-vous l’histoire de ce chant ?

« Ani maamin » (Je crois…) est un chant basé sur les « Treize principes de la foi » de Moïse Maïmonide. La récitation sa version poétique, Yigdal, se fait souvent à la fin des prières du matin ou le vendredi soir. La version originale consiste en treize lignes commençant toutes par « Ani ma’amin be-emunah shelemah » (Je crois d’une foi parfaite). Les deux dernières lignes se réfèrent à la croyance dans la venue du messie et la résurrection des morts, et a inspiré de nombreux chants et mélodies.

Une des versions célèbres d’« Ani maamin » est celle d’Azriel David Fastag, Rabbi hassidique de Modzitz. Il l’avait composée dans le train qui le déportait vers Treblinka. Elle a été chantée dans les camps d’extermination, aux portes des chambres à gaz. Un des hommes présent dans le train de déportation s’étant évadé a pu chanter la mélodie à Ben Zion Shenker après la guerre, qui l’a retranscrite et popularisée.

« Les fondations du monde tremblaient »

Après l’avoir entendue chanter devant lui, le Rabbi de Modzitz dit : « Quand ils chantaient Ani Maamine dans le train de la mort, les fondations du monde tremblaient. Le Tout-Puissant a alors dit : “Chaque fois que les Juifs chanteront Ani Maamine, Je me rappellerai des six millions de victimes et J’aurai pitié du reste de Mon peuple.” »

La mélodie se répandit bientôt dans toutes les communautés juives du monde. « Avec ce nigoun, déclara Rabbi Shaoul Yedidya Elazar, les Juifs sont allés aux chambres à gaz. Et avec ce nigoun, les Juifs marcheront pour accueillir Machia’h. »

 

Ani ma’amin

Je crois

Je crois de toute ma foi.
A la venue du Messie, je crois x 4.

Et bien qu’il tarde.
Cependant je l’attendrai.
Et bien qu’il tarde.
Cependant je l’attendrai.

Cependant, cependant, je l’attendrai.
J’attendrai chaque jour qu’il vienne.
Cependant, cependant, je l’attendrai.
J’attendrai chaque jour qu’il vienne.

Je crois.

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Une pensée sur “Pourquoi Elie Wiesel chantait « Ani Maamin » avec autant de conviction ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *