Peut-on faire confiance à un extrémiste islamique devenu pro-israélien… à mort ?

Maajid Nawaz. Israël peut-il croire en sa définitive sincérité ? Pourquoi ne changerait-il pas encore d’avis ?

 

Parcours sinueux que celui de Maajid Nawaz, issu d’un milieu fortuné britannique, parents agnostiques, lui-même friand de « hip-hop ». Il est passé d’une organisation islamiste terroriste au soutien de l’Etat Hébreu.

Peut-être doit-il cette nouvelle vision du monde à 5 longues années passées dans une sombre prison du président égyptien Hosni Moubarak, lieu tristement célèbre pour la torture généralisée et les mauvais traitements appliqués aux prisonniers, 5 ans marquent un homme qui n’aura que 39 ans le 2 novembre prochain.

5 ans d’emprisonnement, en tant que prisonnier politique, pour avoir tenté de faire revivre le califat dans les pays à majorité musulmane et n’y imposer rien moins que l’interprétation la plus stricte de la loi de la charia… Avant d’être libéré et de revenir au Royaume-Uni en 2006. !

Il change à sa sortie de prison

Là, homme de communication, (!), il écrit de nombreux articles, fait de nombreux discours. Il est repéré par les médias comme le « prince anti-extrémiste non officiel de la Grande Bretagne »  et présenté parmi 10 candidats dans la catégorie « allié communautaire de l’année », satisfécit  destiné à récompenser « un héros-non- juif qui a utilisé sa voix pour lutter contre l’ antisémitisme et la délégitimation d’Israël… Ou a simplement soutenu la communauté, les médias, en politique ou ailleurs au cours des deux dernières années. »

« Mon point de vue a commencé à changer lorsque j’ai été libéré de prison », confirme Nawaz. J’ai été touché par les campagnes menées en mon nom par Amnesty International. Et décidé de renoncer à la direction de Hizb ut-Tahrir. Et de rompre avec l’Islam.

Accompagné de Ed Husain, lui aussi ancien extrémiste, explique-t-il, j’ai créé en 2008 la Fondation Quilliam pour « remettre en question les présupposés idéologies de l’Islam, amplifier ces défis de l’intérieur, éduquer la société sur les dangers d’une idéologie islamiste, mais aussi pour que les autres jeunes musulmans ne suivent pas cette voie. »

« La seule chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est la haine des Juifs » !

« C’est un énorme problème et je dis énorme parce que les gens oublient souvent ce que nous venons de vivre mais au bout du compte, si environ 2 000 musulmans nés et élevés en Grande-Bretagne quittent le confort de leur foyer pour se retrouver dans une zone de guerre et rejoindre l’ État islamique , le pire groupe terroriste connu de mémoire d’homme, ça veut dire qu’il y a un sérieux problème dans les sociétés dites modernes »…

Nawaz, candidat au parti libéral-démocrate centriste aux élections législatives de 2015, n’est pas surpris par la montée de l’antisémitisme. Pour lui, il est clair que la seule chose sur laquelle tout le monde est d’accord, c’est la haine des Juifs » !

Voilà une idée forte que personne ne pourra lui reprocher !

Mais lorsqu’il conclut qu’il est « impératif que les droits de l’homme condamnent ouvertement le terrorisme partout où il se produit, même en Israël », le mot « Même » sonne bizarrement….

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *