La nuit capitale pour Jérusalem

Jérusalem, capitale ou pas ? Pendant que les braves gens dorment du sommeil du juste, les grands de ce monde (ou qui se considèrent comme tels) supputent les décisions des camps adverses. Et chacun de tenter d’orienter le pendule à son profit du mieux qu’il peut pendant qu’il est encore temps !Conséquemment, l’on y trouve, comme dans toute sphère politique qui se respecte, ce genre de déclarations à l’emporte-pièce, des scénario tirs croisés :

Scène N°1 :

Entendre marteler M. Erdogan à M. Abbas, selon des sources présidentielles citées par l’agence de presse turque Anadolu que « L’instauration d’un Etat palestinien indépendant et souverain, avec Jérusalem-Est comme capitale, est nécessaire pour assurer la paix et la stabilité au Moyen-Orient »…….

Dans le même temps, « Le président palestinien Mahmoud Abbas d’expliquer par téléphone à moult dirigeants étrangers (dont les présidents français Emmanuel Macron et turc Recep Tayyip Erdogan) « les dangers que comporterait toute décision de transférer l’ambassade américaine à Jérusalem et de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël…

Toutes démarches qui n’empêchent le conseiller diplomatique, Majdi al-Khalidi de mettre en garde les siens sur les « conséquences d’une telle décision » qui ne pourraient que menacer le processus politique et les efforts de paix.

Autre action possible … Proposer un petit rappel des faits

« De la trentaine de pays qui ont eu une ambassade à Jérusalem, comme l’Ethiopie, la Bolivie, le Chili, les Pays-Bas ou l’Uruguay, aucun depuis les années 80 n’a gardé sa représentation diplomatique à Jérusalem en raison de la condamnation internationale de l’annexion de l’est de la ville. En 2006, le Costa Rica et le Salvador ont été les derniers à suivre ce mouvement pour  « Violation du droit international » (résolution 478 du Conseil de sécurité de l’Onu).

Historiquement, la querelle autour du statut de Jérusalem est en effet concomitante à l’enlisement du conflit israélo-palestinien.

Sous domination ottomane depuis le XVIe siècle, la ville «trois fois sainte» ne gagne son rang de capitale régionale – contrairement à Acre ou Beyrouth – qu’en 1922 sous le mandat britannique approuvé par la Société des nations. La Palestine mandataire succombe cependant à la montée des violences entre Juifs et Arabes. Fin 1947, le plan de partage onusien de la Palestine en deux Etats, arabe et juif, prévoit alors que Jérusalem soit un «corpus separatum», c’est-à-dire un territoire international démilitarisé.

Accepté par les dirigeants sionistes, ce plan est toutefois rejeté par les leaders arabes.

Et continue de l’être depuis qu’en 1964, paradoxalement, faire de Jérusalem-Est la capitale de l’Etat arabe soit soudainement devenue une incontournable revendication palestinienne. Les dirigeants palestiniens jouant depuis du caractère islamique de la cité !

Déclarations tous azimuts de Mr TRUMP :

Ainsi, le N° One soi-même, le président des Etats Unis, de prévenir Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, et le roi Abdallah II de Jordanie de son intention de reconnaître Jérusalem comme capitale officielle de l’Etat hébreu, de s’entretenir avec le Premier ministre israélien des effets de l’annonce du déplacement du siège de l’ambassade américaine de Tel-Aviv vers la Ville sainte.

Mais il y a plus inattendu parfois ! Faire diversion !

Et l’Arabie saoudite de proposer pour régler le problème, Abu Dis comme future capitale palestinienne.

Selon le très sérieux New-York Times, le prince héritier Muhammed Ben Salmane aurait encouragé les palestiniens à mettre fin à toute volonté de garder Jérusalem Est comme capitale d’un Etat palestinien.

La monarchie des Saoud a proposé à Mahmoud Abbas, en visite dans le royaume, de céder Jérusalem Est à Israël. Une information d’importance à l’heure où Donald Trump serait prêt à reconnaitre Jérusalem comme seule capitale d’Israël.

Mais à propos… Nous sommes le 6 décembre, Trump ne tardera plus à prendre la parole… L’ambassade américaine déménage ou pas ?

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

3 pensées sur “La nuit capitale pour Jérusalem

  • 6 décembre 2017 à 8:56
    Permalink

    Pendant que les leaders Arabes n ont pas cesse de faire des declarations d une violence verbale inouis, a l inverse les Israeliens et Netanyahu n ont fait aucun discours de soutien a Trump qui attendait un encouragement venant de son allie le plus concerne par la reconnaissance comme capitale de jerusalem

    Répondre
    • 7 décembre 2017 à 3:54
      Permalink

      Trump n’avait pas besoin d’attendre quoi que ce soit, vous pensez bien…
      Cherchez « Discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu suite à la reconnaissance par Trump de Jérusalem capitale d’Israël » sur votre moteur de recherche…
      Les 2 dernières phrases de Netanyahou :
      « Monsieur Trump, je vous remercie pour la décision historique prise aujourd’hui de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Le peuple Juif et l’Etat Juif vous seront éternellement reconnaissants ».

      Répondre
  • 7 décembre 2017 à 3:54
    Permalink

    Trump n’avait pas besoin d’attendre quoi que ce soit, vous pensez bien…
    Cherchez « Discours du Premier ministre Benjamin Netanyahu suite à la reconnaissance par Trump de Jérusalem capitale d’Israël » sur votre moteur de recherche…
    Les 2 dernières phrases de Netanyahou :
    « Monsieur Trump, je vous remercie pour la décision historique prise aujourd’hui de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. Le peuple Juif et l’Etat Juif vous seront éternellement reconnaissants ».

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *