Match France-Israël : l’insolence économique de l’Etat juif

Israël croissance historique insolente comparé à la France.

Comment expliquer qu’Israël affiche une croissance de 3,8% comparé à la France avec ses 1,1% de croissance en 2016 ? Trois fois et demi plus !!!

La moyenne sur au moins 15 ans de la croissance du PIB Israélien est bien supérieure à la France. Certains diront oui mais avec un endettement du pays (La France ) de 100% difficile de réformer.

Si l’on se penche un instant sur la croissance historique israélienne on remarque qu’à la fin de 1993 la dette de l’état était aussi de 100%. Elle est aujourd’hui de 65% !!! C’était le niveau d’endettement de la France, en 2005…

Depuis 1983 le taux de chômage de la France n’est jamais tombé en dessous de 7%. Même entre les années 1998 et 2000 ou la croissance du PIB était de plus de 3%. La dette n’a cessé d’évoluer ces 20 dernières années.

Pourquoi la France est un aussi mauvais élève ?

Essayons de trouver quelques raisons expliquant pourquoi la France s’en sort bien moins bien qu’Israël. Parlons tout d’abord de la pression fiscale sur les entreprises.

Un impôt sur les sociétés à 33,1/3 en France. Comparé à 24% en Israël en 2017 et 23% en 2018 c’est déjà une différence de taille.

La Tva en France est à 20%, elle est en Israël de 17%. Les charges salariales en France. Même si elles sont quasiment équivalentes sur la part salariale, sont quasiment le double en France pour la part patronale.

Nous pourrions nous arrêter la, et conclure que nous avons compris pourquoi les Français consomment moins que les Israéliens. Ils paient tout plus cher de 3%. Les entreprises ont du mal à se développer car elles paient trop d’impôts sur les sociétés, et ne peuvent embaucher car les charges sont trop importantes.

Rajoutons à cela le temps de travail légal en Israël de 43 heures comparé aux 35 heures françaises et la boucle est bouclée. Ainsi que l’âge de la retraite qui est à 67 ans en Israël. Cherchez l’erreur !!

Bien sur, nous ne disons pas qu’il n’y a pas de domaines dans lesquels le consommateur Israélien est moins bien loti. Nous l’avons dit dans un précédent article par exemple les voitures coûtent bien plus cher en Israël. Mais lorsque l’on regarde dans les détails on remarque qu’Israël a su se réformer ces 15 dernières années, la ou la France patriarcale n’a rien fait ou tellement peu comparé à Israël

Le recul massif du poids de l’Etat

De 2002 à 2011 la dépense publique de l’état d’Israël a baissé de 10 points, la ou elle n’a cessé de croître en France. Le retour à la croissance israélienne, est aussi liée à la  baisse des dépenses militaires. Après les accords d’OSLO, pas mal pour un pays structurellement en guerre. Avec même une baisse de 67% depuis 27 ans. En comparaison avec la France qui n’a baissé ses dépenses que de 10% sur la même période.

Entre 2002 et 2008 Israel a vécu une forte période de rigueur budgétaire,  contribuant ainsi au redressement de l’économie. Benjamin Netanyahou était alors au commande du ministère des Finances. A quand remonte la période ou la France à eu le courage d’une telle rigueur si ce n’est dans les mots ?

Même après la crise de 2008 le courage Israélien n’ a pas été égalé. Et pour cause, à chaque fois qu’un gouvernement s’essaie à la réforme, les syndicats sont dans la rue jusqu’à ce qu’il plie, et il plie toujours.

Les trois points du miracle israélien

Comment Israël est-il parvenu à ce cocktail miraculeux de croissance économique, baisse du déficit et du chômage structurel :

Comme la Suède, Israël a déprécié sa monnaie en 2002 et 2007.

Le gouvernement a su aussi relancer L’ALYAH et contracter parallèlement des accords avec d’autres pays : la Thaïlande, les Philippines, les Bulgares etc…, afin de booster la main-d’oeuvre.

Le moteur de croissance est aussi lié aux Start Up de la nation. C’est la première économie de capital risque au monde, qui compte plus de sociétés au NASDAQ que toute l’Europe réunie.

Nous l’avons compris le carré magique c’est la démographie, l’entreprenariat, la rationalisation des dépenses de l’état et la baisse de la pression fiscale.

La France ferait bien de s’inspirer du modèle économique Israélien, et pas seulement se contenter de faire appel à la technologie militaire dans des situations extrêmes. Les choses commencent à changer et des coopérations économiques entre les deux pays commencent à naître, notamment sur le plan des Start Up.

Mais comment faire autrement, quand les plus grandes puissances mondiales ont réalisé depuis longtemps, que notre pays était indispensable à l’économie mondiale.

David Boukhabza

David Boukhabza

CEO de la société CAYA HARMONY CAPITAL. Spécialisé dans la recherche et la sélection d'opportunités d'investissements dans le domaine financier et immobilier. Installé en Israel depuis 2 ans, David Boukhabza s'est toujours fixé comme mission principale de rendre accessible les investissements d'ordinaires destinés aux gros investisseurs.

6 pensées sur “Match France-Israël : l’insolence économique de l’Etat juif

  • Avatar
    3 septembre 2017 à 8 h 20 min
    Permalink

    J’aime bien les articles de M Boukhobza même si je suis quasiment tout le temps critique envers ses articles traités de façon légère. Je crois qu’il voit israel avec Le prisme de l’ole hadash fraîchement débarqué.
    Plus sérieusement, un ancien ministre de l’économie (désolé ne ne pas vous donner son nom, j’ai oublié!) a dit : l économie israélienne a deux faces , 1 face les startups et La hi tech, La deuxième La misère …
    Tout est dit.
    Bonn journée 🙂

    Répondre
  • Avatar
    3 septembre 2017 à 9 h 28 min
    Permalink

    Il n’y aucun intérêt pour Israël d’avoir une forte croissance et de très bons résultats économiques si la population bien profité pas. Hausses des prix extravagante, système de santé inégalitaire, et inefficace, 25 % de la population sous le seuil de pauvreté. Ce n’est pas cela le projet sionisme de Ben Gourion, Bégin ou Golda. C’est plutôt un Israël qui n’est plus sioniste

    Répondre
  • Avatar
    3 septembre 2017 à 16 h 57 min
    Permalink

    Merci Ben, pour vos appréciations sur mes articles.
    Effectivement vous avez raison sur les deux points, mes articles ne sont pas ceux d’un économiste, mais juste celui d’une personne qui navigue dans le milieu de la finance et de l’économie depuis une vingtaine d’années et a donc un oeil éclairé mais en aucun cas ne se considère comme un économiste.
    Vous avez dit « l’oeil d’un Ole Hadash » vous avez aussi raison.
    Vous pourriez aussi dire l’oeil d’un « ultra optimiste », et d’un amoureux de sa terre
    Ce qui ne m’empêche pas d’avoir les yeux bien ouverts.

    Je dis toujours à mes enfants, quelle est la différence entre un optimiste et un pessimiste.
    « Les deux voient la même chose? Mais, le pessimiste ne voit les évènements que sous l’angle négatif, l’optimiste s’efforce de toujours ressortir du positif de n’importe quelle situation.
    Résultat, il y en a un qui est bien plus heureux que l’autre !
    David

    Répondre
  • Avatar
    3 septembre 2017 à 17 h 11 min
    Permalink

    Vous oublies de preciser que votre article concerne un pour cent de la population et qui detiennent 95 pour cent des richesses , Israel est a l’image des Etats Unis mais ou les inegalites sont les plus marquees du monde et c est pire qu’aux Etats Unis . Conbien de gens autour de nous repartent et eux meme connaissent beaucoups qui partent pour trouver un emploi que les israeliens gardent pour eux !!!

    Répondre
  • Avatar
    3 septembre 2017 à 19 h 16 min
    Permalink

    Merci M. BOUKHOBZA d’avoir pris le temps de lire mes remarques.
    Ne voyez pas dans mon commentaire un manque d’optimisme de ma part mais l’idée sous entendu que vous biaisez la réalité.
    La plus part des israéliens ne sont pas des économistes et voient très clairement les inégalités, la cherté de la vie et les « foutus monopoles » qui paralysent notre beau pays ( monopole sur les oeufs, les importantions de voitures, électricité, lait, banques…)
    Je suis également un amoureux d’Israel comme vous certainement, mais ce n’est pas en faisant l’autruche et en ne pointant pas les problèmes où ils se situent que nous pourrons changer cette situation.
    De plus, vous avez une responsabilité que je n’ai pas. En effet, vous publiez sur un site qui est consulté par de nombreux futurs olims.. ne leur faite pas croire que la vie ici est facile et qu’ils pourront tous maintenir le même niveau de vie qu’en France. Ils devront passer par des sacrifices. Et s’ils le savent avant de venir, alors leur intégration n’en sera que plus facile.
    ps : lors de votre précédent article vous invitez les israéliens à faire leurs courses chez SuperCofix afin de bénéficier de promotions !
    1. Savez-vous combien il existe de SuperCofix dans tout Israel ?
    2. Savez vous que c la quantité qui est réduite mais pas le prix au kilo ?

    https://www.coolamnews.com/ocde-rapport-cherte-de-vie-israel-a-nuancer/

    Bonne soirée et au plaisir de vous lire « différemment »…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *