L’israélienne Shoulamit Levenberg au pays de l’intelligence

On peut être subjugué par l’IA, reste que l’IH est encore plus bluffante ! Il suffit de ne pas oublier pour commencer que l’IA, (l’Intelligence Artificielle), est le fruit de l’IH, (l’Intelligence Humaine), et s’émerveiller des capacités du cerveau humain quand il est inséré dans la boîte crânienne d’un Einstein ou celui d’une femme exceptionnelle elle aussi, j’ai nommé madame le professeur Shulamit Levenberg.

Doyenne de la Faculté de génie biomédical du Technion et chef du Centre de bio-impression 3-D, elle est l’une des scientifiques les plus renommées au monde dans ce domaine. (Une femme qui a remporté tant de prix qu’elle a été sélectionnée par « Scientific American » comme méritant de se confronter aux 50 scientifiques les plus pointus de la planète bleue !

Quelques éléments constitutifs de ce parcours hors du commun !

« Durant les années 1990, elle commence par étudier la biologie à l’Institut Weizmann et ceci, jusqu’au niveau d’un doctorat en biologie cellulaire.

Lors d’une conférence, elle fait la connaissance du professeur Judah Folkman avec qui elle partagera le même désir de comprendre comment le tissu humain est organisé.

En 2005, elle écrit le premier article au sujet de la création de tissu musculaire à partir de cellules souches fœtales, (ce qui n’était pas autorisé ailleurs alors), implantées avec succès chez des souris.

En 2007, en collaboration avec le professeur Lior Gepstein, elle créée les premiers tissus cardiaques à partir de cellules souches humaines à particularité unique : Ces cellules possèdent une structure semblable à celle d’une éponge, si ce n’est qu’en plus, cerise sur le gâteau, celle-ci se développe et se contracte à un rythme constant et sans aucune intervention extérieure !

Il y a plusieurs mois, nouvelle réalisation dans le laboratoire du professeur Levenberg : Une intervention sur une colonne vertébrale de   rat sectionnée dans le but de lui permettre de remarcher, donnant ainsi l’espoir de pouvoir faire de même, (intervenir le plus rapidement possible), chez toute personne humaine handicapée !

Matières inanimées, auriez-vous donc une âme ?

Et d’expliquer le « comment du pourquoi pareille interrogation » :

« Avec Folkman, dit-elle, nous avons étudié la manière dont les tissus créent un réseau de vaisseaux sanguins lui donnant une quantité de flux sanguin parfaitement adaptée à la taille des tissus et parfaitement répartie autour de tous les tissus.

Je me suis dit que j’aimerais comprendre comment cela se « fabrique » pour que je puisse l’imiter.  C’est ainsi que j’ai commencé à traiter le génie tissulaire, en mettant l’accent sur les vaisseaux sanguins puis ai rejoint le laboratoire du Prof. Robert Langer.

Après bien des tâtonnements, explique-t-elle toujours sur le même ton, aujourd’hui, nous essayons de construire le tissu tel qu’il est réellement – à partir de différents types de cellules et avec une architecture précise, à la manière d’un véritable organe. »

Professeur « Trouve tout »

Après toutes ces années de recherche, notre professeur « Trouve tout », considère la capacité du tissu à s’organiser de manière indépendante dans sa structure complexe comme l’un des phénomènes les plus impressionnants de la nature.

Il y a un mois, le Technion a annoncé la création du centre de bio-impression 3D pour l’impression de cellules et de biomatériaux, dirigé par Shulamit Levenberg, à la Faculté de génie biomédical.

Ceci-dit, à la question de savoir si la religion pourrait s’opposer au fait (et bien fait), qu’il y ait véritablement intervention humaine dans la création, notre scientifique de répondre :

« Au contraire. Je pense qu’étudier et comprendre le monde nous rapproche un peu plus du créateur.

Loin d’être en contradiction avec le judaïsme, c’est un lien inespéré à ne surtout pas se refuser … »

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Une pensée sur “L’israélienne Shoulamit Levenberg au pays de l’intelligence

  • Avatar
    23 mai 2019 à 1 h 19 min
    Permalink

    Par contre elle voit  » Le Créateur »comme extérieur à elle puisqu’elle parle de l' »approcher ».
    Elle n’a donc pas encore intégrer naturellement qu’il n’y a que Dieu, qu’elle même ou plutôt l’image et l’identité qu’elle a d’elle même est en Dieu, et que Dieu vit en elle…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *