La légende des B’nai Israël en Inde

Les B’nai Israël. C’est une communauté en Inde qui a une origine entièrement légendaire. Ils maintiennent eux-mêmes que leurs ancêtres fuirent la Galilée, suite aux persécutions d’Antiochus Epiphane vers 175 av. E.C. (histoire de Hanoucca).

Leur navire finit dans un naufrage sur l’Océan indien; sept hommes et sept femmes survécurent et purent atteindre la côte au village de Nawieon à 45 km de Bombay. Ils y restèrent, eux et leurs descendants, isolés de tous contacts juifs pendant des siècles.

Ils oublièrent beaucoup de l’hébreu, des prières et des traditions et adoptèrent des noms et des mœurs de leurs voisins hindous, ainsi que leur langue, le marathi. Cependant, ils restèrent attachés à l’observance de quelques prescriptions fondamentales : la circoncision, le shabat, les lois alimentaires, quelques fêtes, la récitation du Chema. Leurs principales activités étaient l’agriculture et la fabrication d’huiles alimentaires.

Existence inconnue jusqu’au 18ème siècle

L’existence de cette communauté resta inconnue jusqu’au 18ème siècle, lorsque beaucoup d’entre eux s’établirent à Bombay, attirés par l’essor économique provoqué par la venue des Anglais. Ils furent bientôt appréciés par l’administration britannique, qui trouvait en eux d’excellents fonctionnaires et de bons officiers, dont beaucoup se distinguèrent brillamment dans les nombreuses guerres impériales en Asie.

A la faveur de contacts avec des Juifs venant des pays arabes, surtout de la riche communauté de Bagdad, qui s’établissent à Bombay, au début du 18ème siècle, les B’nai Israël amorcèrent un rattachement au judaïsme, ce qui n’était gère facile. C’est surtout grâce à la très riche famille Sassoon de Bagdad et à sa générosité, que leur situation s’engagea, au cours du dernier siècle, vers une rapide évolution. La construction de nombreuses synagogues et écoles et la structuration d’une vie communautaire accélérèrent leur intégration dans une vie normale vers la fin du siècle dernier.

Le Grand Rabbinat se penche sur leur sort

En 1881, leur nombre était d’environ 7.000 personnes pour atteindre quelques 24.000 personnes en 1947. Depuis lors, un grand mouvement d’émigration s’amorçait principalement vers Israël et l’Angleterre. En Israël, il y eut d’abord conflit quant à leur judéité. A la suite de plusieurs missions envoyées sur place, le Grand Rabbinat put établir quelles étaient les lacunes à combler pour faire d’eux des juifs à part entière. Après beaucoup d’investigations et d’efforts, c’est finalement en 1961 que le Grand Rabbinat d’Israël mit les choses au point et écarta définitivement toute crainte à leur égard.

Entre 1948 et 1969, un peu plus de 12.000 B’nai Israël se sont établis en Israël, et se sont bien intégrés économiquement, notamment dans les activités textiles et métallurgiques, ainsi que dans l’administration. Ils se sont concentrés surtout à Beer-sheva, Dimona, Ashdod, et Eilat, quelques-uns uns aussi dans des kiboutzim et moshavim.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *