Le journaliste suédois, Trump, Jérusalem et le lobby Juif

L’office de radiodiffusion suédois a présenté des excuses pour un commentaire qui établissait un lien entre la reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël par le président Donald Trump et le pouvoir du «lobby juif».

Dans une émission diffusée juste après les propos de Trump au sujet de Jérusalem, l’animateur de ola radio SVT a affirmé que «le lobby juif aux Etats-Unis est très  puissant». Ensuite, il a ajouté  que le lobby «défend cette question depuis longtemps ».

« Il s’agissait d’un choix malheureux de mots qui a été immédiatement corrigé par un autre journaliste qui animait l’émission», a déclaré Charlotta Fribourg, la rédactrice en chef  de SVT News.

Les téléspectateurs s’étaient plaints en ligne que l’affirmation favorisait des stéréotypes antisémites sur le contrôle que les Juifs exercent sur la politique étrangère américaine.

Les choix éditoriaux de la presse suédoise

Auparavant, les dirigeants de la communauté juive hollandaise s’étaient plaints des choix éditoriaux de leur radiodiffuseur d’Etat lors de la couverture médiatique d’une attaque contre un restaurant casher. Le radiodiffuseur NOS avait placé une photo de Jérusalem sur son site Web accompagnant son reportage sur l’attaque, au cours de laquelle un homme de 29 ans agitant un drapeau palestinien a brisé plusieurs vitrines du restaurant HaCarmel dans le sud d’Amsterdam jeudi.

NOS a accompagné l’article avec une photo des drapeaux israéliens et américains projetés sur le mur de la vieille ville de Jérusalem. Curieusement, alors que de multiples photos de l’attaque du restaurant étaient disponibles, c’est Jérusalem qui a été choisi par la rédaction. Le cliché a été finalement retiré et remplacé par une autre montrant le manifestant cassant une vitre du restaurant.

Source: Jpost

2 pensées sur “Le journaliste suédois, Trump, Jérusalem et le lobby Juif

  • Avatar
    28 décembre 2017 à 17 h 15 min
    Permalink

    cette chaîne a eu tort de s’excuser :
    1) les lobbies ont pignon sur rue, aux Etats-Unis : sans, que ce terme ait la moindre connotation péjorative ; et étant bien entendu qu’il existes des lobbies saoudiens etc. etc. tout aussi actifs que l’AIPAC
    2) si d’une manière générale l’ignoble Trump n’a pas tarder le profit qu’il pouvait trouver à faire assaut de… judéophilie, et n’a même plus besoin qu’on lui souffle pour qu’il en rajoute ce n’est pas déraisonnable d’envisager que cette initiative irresponsable lui aura été dictée par les extrémistes du lobby pro-Netanyahu
    Le seul tort du journaliste a été de parler de « lobby juif » là où il aurait dû définir plus clairement, en termes politiques, le lobby concerné

    Répondre
  • Avatar
    29 décembre 2017 à 19 h 47 min
    Permalink

    le problème ne se pose pas de la même façon, pour les commentateurs étrangers : on les voit mal, modifier soudain le regard qu’ils portaient jusque là sur une ordure, au motif que l’intéressé vient se poser en… « ami d’Israël »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *