Rien ne va plus entre la Turquie et les Kurdes

C’est une colère qui monte de jour en jour, au fur et à mesure que s’accentuent les bombardements intensifs de l’aviation et de l’artillerie turques contre les positions de la guérilla kurde du PKK, en Irak et en Syrie. Les frappes contre les infrastructures militaires du PKK dans la région frontalière turco-irakienne sont une première depuis décembre 2012, date du début du processus de la paix entre Ankara et le PKK. Les signes d’une tension croissante sont partout. Le PKK se considère désormais en guerre ouverte contre la Turquie «Un commandant régional est tombé martyr et quatre de nos combattants ont été blessés lors des raids, qui ont également visé des objectifs civils», précisait samedi soir un communiqué de cette organisation qui mène la lutte armée contre Ankara depuis 1984, dans un conflit qui a fait plus de 45 000 morts. «Le cessez-le-feu n’a plus de sens», clame dans ce texte le PKK, répondant aux menaces du président de la République, Recep Tayyip Erdogan, qui les avait appelés «à rendre les armes ou à subir toutes les conséquences de ce refus».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *