Féminisme : Où en est Israël ?

« Féminisme : Nom masculin » ! Voilà qui débute mal pour ce terme élu « Mot de l’année » !Que pareille antinomie puisse commencer la définition conceptuelle du Féminisme… Avouez que cela fait désordre !

Fait du hasard, (?), on avait déjà pu constater que la défense de ce principe ressemblait davantage à une vague idée flottant dans l’air du temps qu’à un plaidoyer qui se veut sérieux et responsable. Ceci-dit, qu’on le veuille ou non, il y a qq jours « Féminisme » a été élu mot de l’année, (battant de peu le mot « ouragan »), par le dictionnaire américain Merriam-Webster.

Intérêt soudain pour ce vocable suffit largement à propulser loin devant la fréquentation des définitions en ligne dans le même temps qu’une manifestation féminine organisée pour dénoncer toutes les dérives sexuelles, les viols de l’affaire Weinstein, traversait les Etats-Unis au lendemain de l’investiture de Donald Trump », provoquant de vifs débats dans la société américaine

« Féminisme » ce mot de l’année est-il moins malmené en Israël qu’ailleurs?

En Israël, la situation est quelque peu différente sinon meilleure pour les femmes…

Ainsi que les femmes soient de plus en plus nombreuses à s’exprimer, qu’elles soient de mieux  en mieux reçues dans des centres d’aide aux victimes d’agressions sexuelles de plus en plus nombreux eux aussi, serait une bonne chose si ce n’étaient les conséquences d’une aggravation des problèmes comportementaux d’une société en crise.

Alors, positive pour ne pas dire « mieux que rien », cette nouvelle façon de regarder les futures victimes ?

Positive aussi la réaction des propriétaires des plus grands bars et clubs du pays qui mettent en avant la nécessité de porter, par exemple, une attention particulière aux femmes travaillant la nuit, comme serveuses ou barmaids, étant elles-mêmes sans cesse « sollicitées par la clientèle » ! (Que ces choses ignobles sont délicatement exprimées !

En résulte un espace de soutien au sein même des boîtes de nuit. où une formation annuelle et obligatoire est donnée à 75 % minimum du personnel lui permettant de savoir comment réagir en cas de harcèlement et d’agression ».

Difficile dans un tel contexte de faire que les femmes se défendent !

Ainsi on croit rêver quand on apprend qu’une organisation à but non lucratif, « Layla Tov »,  ( Bonne nuit en hébreu), composée de onze femmes œuvrent pour faire entendre leur droit de vivre la nuit, se disant « clubbeuses invétérées » comme si le féminisme ne se réduisait qu’à cela !

On croit rêver quand on prend connaissance des dernières préoccupations de ces gens de la nuit !

« Nous réfléchissons actuellement à la responsabilité des videurs. Nous aimerions bien, à terme, qu’ils soient en mesure d’escorter les femmes à leur taxi », explique Yasmin qui assure que le travail est loin d’être fini, malgré des changements perceptibles. (sic)

On ne me fera pas croire que le « féminisme » ne soit que le fait d’un responsable de dictionnaire aussi sérieux soit-il pas plus que de cette petite ONG aussi bonnes danseuses en soient les membres !

Sortons des prisons-dictionnaires dont la définition du mot suffit à faire leur bonheur, (mots qui ne veulent plus rien dire ), sortons des boites de nuit et livrons au soleil ce qui reste d’un féminisme plus que malade qui n’ose même pas évoquer la situation de la femme religieuse dans un monde religieux dont « l’élément masculin », misogyne par définition quelle que soit la religion en question, ne voit même pas de quoi on parle !

« Théorie de l’égalité politique, économique et sociale des sexes, activité organisée en faveur des droits et intérêts des femmes » pour Webster, « Féminisme », nom masculin (sic) , mouvement militant pour l’amélioration et l’extension du rôle et des droits des femmes dans la société pour Larousse…

Commençons par soigner les agresseurs

Si l’on pensait simple pour faire simple, on commencerait par faire soigner tous ces malades agresseurs de femmes au lieu de chercher comment en éloigner les éventuelles victimes quitte à les enfermer dans des lieux cachés ou les obliger à se dissimuler sous des burkas….

Ensuite, partant du principe que tous les humains sont égaux, décider une fois pour toutes qu’un homme égale une femme et inversement !.

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

3 pensées sur “Féminisme : Où en est Israël ?

  • 15 décembre 2017 à 11:10
    Permalink

    La situation des femmes en Israël est plutôt difficile, un point majeur : la justice en matiere familiale, divorce, heritage, mariage, enfants est entre les mains des orthodoxes déjà sur ces differents points elles sont considérés comme inferieures aux hommes !!! Encore un long chemin à parcourir

    Répondre
    • 16 décembre 2017 à 9:06
      Permalink

      Tu as raison le regime Israelien a besoin de legiferer plus profondement dans ce domaine pour que femmes obtiennent plus de droits

      Répondre
  • 17 décembre 2017 à 6:41
    Permalink

    les femmes tiennent le monde entre leurs mains. elles pourraient tout obtenir en échange, la seule chose qu’elles demandent est de l’amour et de la considération. l’égalité n’existe pas, c’est un mirage. pour la femme, l’égalité ça veut dire : bosser encore plus. c’est ça que nous voulons pour nos filles/femmes/mamans ?
    la solution : l’éducation des hommes à la sensibilité féminine, c’est le travail d’une vie entière.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *