Daesh ou pas, Paddock a monté 23 fusils chargés sans être détecté©

Daesh revendique le massacre de Las Vegas qui laisse au moins 59 tués et 527 blessés.

Il prétend que Paddock portait (ou lui fait porter a posteriori et post-mortem) l’alias de “Abu Abdul Bar Al-Amrekini” 

C’est la similarité du modus operandi qui interroge, tout en laissant un faible espace pour une affiliation idéologique, insuffisante à classer Paddock parmi les « islamistes », à ce stade du moins… 

Alors que le porte-parole officiel américain a insisté sur l’absence d’indication à ce stade, permettant d’affirmer une quelconque affiliation de Paddock à une organisation terroriste structurée, diverses sources au Moyen-Orient ont déclaré, au cours de la nuit de lundi à mardi, qu’il aurait été en contact avec certains partis au Moyen-Orient et elles suggèrent même que le FBI dispose de photos de ses visites. On n’a désigné aucun pays spécifique quant à l’origine de ces pistes qui attendent d’être vérifiées. 

L’organe de propagande de Daesh, Amaq, a revendiqué que Stephen Paddock, qui a tué 59 personnes et blessé 515 autres, serait « l’un de ses soldats ». Mais cette forfanterie d’une organisation récupératrice aux abois n’a été vérifié par aucune autre source et on ne trouve pas l’once d’une fréquentation djihadiste dans le passé lointain ou proche du tueur de masse Stephen Paddock. En revanche, le climat social et la facilité avec laquelle la contagion (copycat, imitation) de ce type de faits terroristes se propage, au-delà même d’un quelconque motif idéologique déclaré, a tout lieu d’inquiéter. D’autant qu’aucune société ne semble parée à faire face à ce phénomène polymorphe et multicauses… Lire la suite sur jforum.fr