Un Breslev qui réjouit même … les gardiens de prison

 

Au cœur de Jérusalem ce juif Breslev a décidé de faire la fête. Il a positionné son véhicule devant le poste de police de Migrash haroussim dans la capitale. La musique et la danse ont fait le reste !

On le savait déjà, la joie des Breslev est communicative. En voici un nouvel exemple improbable. Hauts-parleurs à fond et danse sur le toit d’une voiture bariolée, ce juif Breslev s’est donné pour mission de réjouir détenus et gardiens. Amusés par la situation, les policiers en faction n’ont pas tenté de le déloger. Certains l’ont même encouragé et d’autres l’ont filmé.

La doctrine Breslev

Elle repose essentiellement sur le service de D.ieu dans la joie, dans la simplicité, dans la sincérité du cœur. Les Breslev conseillent de vivre la vie aussi intensément que possible, comme l’enseigne Rabbi Nahman : « C’est une grande mitsva d’être toujours joyeux! ». Les Breslover hassidim voient dans l’étude de la Torah le moyen d’une existence joyeuse, et leur approche de culte est très personnalisée et émotionnelle, en tapant des mains, chantant et dansant.

Aussi un Bratslev ne se décourage jamais, car le maitre auquel il s’attache, lui demande de positiver et de ne jamais s’attarder sur le passé, affirmant que « le désespoir n’existe absolument pas! Même si l’homme transgresse toute la Thora des milliers de fois, il doit avoir foi qu’il peut recommencer encore à nouveau. C’est cela la foi parfaite en D.ieu car ses bontés se renouvellent chaque matin et infinie est sa bienveillance. »

Katja Epelbaum

Katja Epelbaum

Diplômée de la Sorbonne en Science politique et en Histoire, j'ai toujours su que je m’épanouirais professionnellement dans l’écriture. Depuis l'Alya, Katja collabore avec le journal Hamodia et Le Mag, et poursuit différents projets d’écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *