Un an après l’attentat de Nice: des questions demeurent

Il y a un an, un homme lançait un camion de 19 tonnes sur la foule qui venait d’admirer le rituel feu d’artifice, tuant 86 personnes. D’importantes questions demeurent.
A Nice, le feu d’artifice du 14-Juillet se regarde de deux manières : les gens aisés s’invitent sur les terrasses des restaurants et des appartements qui surplombent la baie des Anges ; les moins bien lotis et les touristes pique-niquent sur la plage ou se rassemblent sur la promenade des Anglais, qui longe la baie.

Il y a un an, un homme de 31 ans, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Franco-Tunisien de Nice, a lancé un camion de 19 tonnes sur la foule qui venait d’admirer le rituel feu d’artifice. Lorsqu’il a achevé sa course, abattu par des policiers, il avait tué 86 personnes et en avait blessé quelque 450 autres. Sa première victime était une Niçoise musulmane, d’origine immigrée. Les autres étaient des touristes, français et étrangers, des étudiants de passage et des habitants de Nice, descendus de leurs quartiers pour goûter à la fête et à la magie de « la Prom’».

 

Lire la suite sur JForum