Sur les traces des Marranes: le piège portugais

 

1er épisode : les Marranes Juifs au Portugal

En 1492 avant le décret de l’Alhambra promulgué  par Isabelle la catholique et Ferdinand de Castille le 31 mars et qui laissait aux Juifs d’Espagne 4 mois pour choisir entre la conversion au catholicisme ou l’exil en abandonnant tous leurs biens, un demi million de Juifs vivaient depuis 15 siècles dans la péninsule Ibérique auquel il faut ajouter plusieurs dizaines de milliers de descendants de convertis forcés ou volontaires suite aux persécutions antijuives de 1391.

Plusieurs conversos étaient entrés avec vigueur dans la religion catholique. Ils avaient accédé à toutes les plus hautes fonctions économiques, culturelles et même ecclésiastiques, alors que d’autres conversos continuaient clandestinement à pratiquer le judaïsme.

L’une des raisons du décret de l’Alhambra, après celle qui visait à spolier les Juifs de leurs biens en les contraignant à partir, était officiellement d’empêcher  les nouveaux chrétiens fraîchement convertis de revenir au judaïsme sous l’influence supposée des Juifs.
Prés de la moitié du demi million de Juifs accepta la conversion en 1492, alors que l’autre moitié se résigna à s’exiler, mais les routes de l’exil étaient périlleuses, les capitaines et les équipages des bateaux qui devaient les conduire vers des rivages plus accueillants en méditerranée étaient souvent malhonnêtes et le risque d’être dépouillé, volé ou violé pour les femmes ou être  vendus comme esclaves étaient fréquents. Ce qui décida plus de 110 000 Juifs à se rendre à pied ou en voiture à chevaux dans un pays voisin qui acceptait de les recevoir moyennant un droit d’entrée élevé : ce pays voisin était le Portugal.

Piègés au Portugal

Mais en 1497 le roi Manuel du Portugal épousa la fille d’Isabelle la catholique qui exigea de son nouvel époux qu’il convertisse les Juifs Espagnols réfugiés au Portugal cinq ans plus tôt. Et contrairement aux souverains Espagnols le roi Manuel ne laissa aux Juifs qu’un seul choix : la conversion sans possibilité de quitter le pays car, le savoir faire des artisans, médecins et autres professions  exercés par les Juifs étaient forts utiles à l’économie Portugaise. Des simulacres de conversions collectives furent organisés notamment  sur des places publiques où des milliers de Juifs convoqués pour un pseudo départ étaient aspergés d’eau bénite et déclarés nouveaux chrétiens.

Un long calvaire allait commencer pour les crypto Juifs. Malgré un report de quarante années de l’installation des tribunaux de l’Inquisition, de nombreux massacres, brimades et arrestations arbitraires eurent lieu tout au long du 16 éme siècle. Mais de nombreux Marranes réussirent à quitter le Portugal pour des destinations diverses et souvent lointaines. Nous aborderons dans des prochains chapitres les différents lieux ou les Marranes portugais réussirent à s’installer et à revenir au judaïsme. La liste est longue.

La fuite

D’Amsterdam aux Pays Bas devenue la nouvelle Jérusalem qui connut une prospérité et un rayonnement incroyable grâce à l’arrivée des Marranes et Livourne en Toscane qui, suivant Amsterdam accordera aux Juifs Portugais, l’autorisation de revenir au judaïsme et des avantages économiques qui feront de Livourne un port marchand attractif.

Il ne faut pas oublier  qu’un supposé Marrane célèbre, Christophe Colomb, par une étrange coïncidence, quitta l’Espagne le 31 juillet 1492 le même jour que la date limite laissé aux Juifs Espagnols pour s’exiler. De nombreux marins marranes accompagnaient Christophe Colomb et plus tard, à la Jamaïque, sa famille permit à de nombreux marranes de s’installer aux Caraïbes. L’Amérique du sud et notamment  le Brésil, après avoir été découvert par Cabral et son pilote Juif Gaspar, accueillit également de nombreux Marranes. L’inquisitions intraitable traquait les crypto-Juifs jusque dans les colonies, et jusqu’à Goa au sud de Bombay en Inde, où un comptoir Portugais s’était installé et où de nombreux Marranes introduits auprès de la cour des Maharajahs, faisaient du commerce de corail avec leurs parents et amis de Livourne.

L’Afrique du Nord voisine accueillit aussi de nombreux Marranes, de même que ce qui allait devenir l’empire ottoman et les Balkans où le sultan d’Istanbul aurait écrit au roi d’Espagne, «  vous avez appauvri votre royaume et enrichi le mien en laissant les Juifs s’exiler « ; Le Levant et la Palestine virent aussi arriver de nombreux Marranes qui vinrent grossir  les communautés existantes.

Ceux qui sont restés

Mais de nombreux Juifs ne quittèrent pas le Portugal. Surtout dans le nord dans la région de Tras dos montes, plusieurs villes abritèrent jusqu’au 20ème siècle, de nombreuses communautés de crypto Juifs qui continuaient clandestinement à pratiquer un judaïsme résiduel, complètement coupé de la diaspora juive, ayant oublié hébreu, mais ayant traduit en portugais plusieurs prières juives. A l’exception d’un mot MAGIQUE. C’est ce qu’allait découvrir un ingénieur Juif Polonais Samuel Swarc, qui séjournant au nord du Portugal en 1925. Il interrogeait régulièrement de nombreux villageois sur l’existence supposée de Marranes Juifs. Plusieurs Marranes désignés comme tels par leurs voisins, refusaient de reconnaître devant Samuel Swarc leur origine Juive.

Jusqu’au jour où devant son instance répétée, une vieille dame lui demanda de réciter une prière Juive. Samuel Swarc récita donc Chema Israel ADONAI, ce mot déclencha immédiatement un choc auprès des Marranes qui reconnurent être restés Juifs cachés ignorant l’existence de la diaspora. Ils vivaient repliés dans le secret ne se désignant qu’entre eux comme Juifs essayant de ne se marier qu’entre eux.

Les descendants

Aujourd’hui, Belmonte au nord du Portugal, abrite une petite communauté revenu au judaïsme. La circoncision se pratique même sur les adultes. Une synagogue,un musée Juif et un hôtel cacher ont été construits. Mais la découverte de Samuel Swarc continua. Il acquit vers les années 1930 une ancienne synagogue et un mikvé attenant datant du 14 ème siècle à Tomar au centre du Portugal. Ces lieux avaient été successivement au cours des siècles transformés en prison puis en entrepôt de marchandises.

En 1939 il en fit don à l’état Portugais à la condition qu’il en fasse un musée du judaïsme qui porterait le nom d’Abraham Zacuto, astronome de Christophe Colomb et de Vasco de Gama. Ami du roi Manuel, Abraham Zacuto fut à titre exceptionnel autorisé à quitter le Portugal où il se réfugia à Tunis. Il est par ma grand-mère maternelle mon ancêtre. Une filiation qui est une des raisons de mes recherches depuis de nombreuses années des communautés Marranes.

Sur les traces des Marranes

J’ai crée une association culturelle baptisé TGMM (Tunis Groupe Mémoire méditerranéenne car je ne désespère pas un jour pouvoir effectuer un nouveau voyage à Tunis où je conserve de nombreux amis) qui a pour vocation d’aller à la rencontre des communautés marranes partout dans le monde

Aprés un premier voyage il y a deux ans  au Portugal, puis deux autres à Livourne et en Corse, notre association a visité Palerme en Sicile, où au début de cette année, l’archevêque a remis à la communauté juive renaissante une église construite dans l’ancien quartier Juif et qui est en train de redevenir après des travaux en cours, une synagogue. La Sicile ayant été une possession Espagnole, a aussi subi l’inquisition. Selon des recherches ADN plus de 20% des Espagnols Portugais et Corses ont des origines Juives.

Au mois de novembre prochain notre association organise un nouveau voyage de 4 jours au départ de Paris-Orly pour le Portugal à la rencontre des descendants des Marranes (renseignements au  0609668491 ou [email protected]).

Le mois prochain je vous raconterai la saga des juifs Portugais de Livourne qui s’installèrent en Tunisie et en Algérie au 17ème siècle et où ils apportèrent un souffle de modernité aux communautés juives locales vivant sous la dhimmitude.

Pierre Mamou

Pierre Mamou

Pierre Mamou est né à Tunis qu’il quitte adolescent mais où il garde de nombreux amis et relations.Il choisit une carrière dans le commerce international qui lui permet de voyager dans le monde entier ,notamment en Chine et en Inde,mais sa véritable passion est d’aller à la rencontre des communautés Marranes,ces Juifs Espagnols obligés de se convertir ou de s’exiler il y a 5 siècles.Chaque mois il nous fera un récit historique et racontera ses rencontres d’Amsterdam à Livourne, de la Jamaïque à Goa en Inde à la découverte des communautés Marranes

13 pensées sur “Sur les traces des Marranes: le piège portugais

  • 16 octobre 2017 à 8:11
    Permalink

    j’ai aimé cette description historique des marranes du portugal et je souhaiterai participer au voyage j’attends d’autres informations
    remerciements

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 9:34
    Permalink

    Il y a qq annee j’ai passe qq jours en compagnie de la communaute de juifs Marranes qui preparer leurs retour au Judaisme a Porto et a la ville de Belmonté ,pris en main par un tres gentil Rabbin Elisah originaire du chili qui habite a Jerusalem.plusieurs personnes rencontres porte encore des noms Juifs,ils s’ont tres hospitaliers ,la communauté de Belmonté possede une belle Synagogue ,un bain rituel,un musée offert par un gentil Mr Azoulay en l’honneur de son pére yacov Azoulay.

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 10:22
    Permalink

    magnifique
    votre récit est trés intéressant. ..
    le nom de famille de ma mère : Marouani, me fait penser que je descends des Maranes …
    j ai une amie qui a découvert un très ancien cimetière juif à Avignon … plusieurs siècles. .. grâce à elle (qui n est pas juive) ce cimetière est protégé. Je suis installée en Espagne et je sens bien que mes aïeux y étaient. ..
    bien à vous et j attends la suite !
    isabelle Sebagh

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 11:48
    Permalink

    Magnifique initiative , bravo .

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 3:08
    Permalink

    Bonjour,

    Moi même en recherche de mes origines, Portugal/Espagne je voudrais continuer à vous suivre.
    Comment ?
    Merci

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 4:35
    Permalink

    Je m’intéresse et me passionne pour les Marannes
    Peut être parce que mon Pere s’appelle Azoulay 😉
    A savoir … 🤔😀

    Répondre
  • 17 octobre 2017 à 10:39
    Permalink

    Passionnant. Après tant de sang versé, de conversions, de bûchers, de crimes contre l’humanité, de guerres, d’antisémitisme… Nous sommes encore la pour perpétuer notre histoire qui aurait pu s’arrêter 100 fois, sans l’aide du tout-puissant.

    Répondre
  • 18 octobre 2017 à 5:48
    Permalink

    Tres interressant. Je suis née Carvaglio. Je pense qu on a des origines Portugaises mais mon pere nous a toujours dit que nous etions livournais de Tunis. Combien coute votre voyage ? Et quand se deroulera t il ? Merci pour votre reponse
    Shirley Kalifa née Carvaglio

    Répondre
  • 18 octobre 2017 à 2:27
    Permalink

    Merveilleuse votre recherche !
    Sera-t-il possible d’avoir les noms des juifs qui ont voyagé à Livourne ?

    Répondre
  • 18 octobre 2017 à 6:27
    Permalink

    l’adn aujourd hui sa veut rien dire sans compté que en espagne une majorité etai musulman et juif a l heure d’aujourd hui tout monde sais que certain sont d’assandance marrane ou musulman voir les frontière espano portugais comme la Catalogne sont marrane depuis des siecle plus l’histoire avec tout les gens qui on voyager aujourd hui sa concerne des million de gens d’assandance marrane,

    Répondre
  • 19 octobre 2017 à 6:46
    Permalink

    Il y a quelques années nous sommes été a Evora en Portugal .Nous sommes rester dans un monastère/couvent qui est aujourd’hui un hotel avec une tres belle bibliothèque qui a des livres écrits a main de l’inquisition écrits par les rois d’Espagne, Portugal et France autant que les papes. Je leur ai expliquer que j’étais juive a la recherche de mes ancêtres et on m’a apporter des dizaines de livres et lettres originelles et m’ont laisser lire pendant des heures.

    Répondre
  • 18 novembre 2017 à 6:49
    Permalink

    je suis moi meme ne en Tunisie et ne l’ai quitte qu’apres le Bac…
    apres avoir vecu en France, je vis a New York.
    je suis interesse a retracer mes ancetres…
    mes 4 grand-parents ont pour nom: Cohen, Perez, Lumbroso et Maarek
    je sais que Cohen est difficile a tracer mais les autres pourraient etre grana…
    merci de votre aide

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *