Samedi soir, j’ai eu honte au gala du Libi

 

Rien à voir avec les gilets jaunes… Les fachos ou les racailles sortis de leur tanière. Samedi soir, j’étais présente au gala du Libi, une association dirigée par Gladys Tibi. Une belle association. 

Avec les dons que collecte le Libi, des infrastructures importantes pour les soldats de Tsahal sont construites. Étaient présents, l’ambassadrice d’Israël, Meyer HABIB, Claude Goasgen et tant d’autres anonymes ou pas.

Gladys Tibi avait convié de nombreux officiels, de hauts gradés de Tsahal. Ils ont quitté leur poste dans une situation de tension forte en Israël et sont venus remercier les donateurs sur scène. Des jeunes et des officiers de carrière.

Lorsqu’ un Amiral prend la parole sur scène pour évoquer son travail face au Hamas : on devrait se taire.

Lorsqu’un père évoque l’enlèvement de son fils et son meurtre par le Hamas dont il attend toujours… 4 ans après le corps : on devrait se taire.

Lorsque Gladys Tibi indique qu’elle a lutté toute la journée avec la Préfecture de Paris qui décide d’annuler le gala en raison des violences inouïes devant l’hôtel du gala… On devrait se taire.

Lorsque les organisateurs rendent hommage à l’une des plus importantes collaboratrices du LIBI décédée : on devrait se taire. Lorsque Madame l’Ambassadrice d’Israël prend la parole, notamment pour remercier les juifs français de leurs aides financières et moral… On devrait se taire.

Samedi soir, alors que j’emmenais mon fils de 11 ans pour une petite perfusion sioniste, j’ai vu, il a vu des adultes atterrants. Des coreligionnaires détachés, peu concernés. Samedi soir j’ai vu l’indécence dans toute sa splendeur.

Manger, parler sans discontinuer, ignorer les légitimes et nombreuses demandes de silence. L’ambiance de ce gala côté tables m’a consterné.

Vous aviez tout bien fait Gladys Tibi et les fidèles donateurs furent fiables à l’association et à Tsahal. Grâce au Libi, seront encore une fois construites d’autres infrastructures.

Vous avez tout bien fait Gladys, défiant autorité, violences et mises en garde. Mais parfois il arrive Madame,  qu’on ne mérite pas le public que l’on a.

Mes hommages à une grande Dame.

Emmanuelle Halioua

Emmanuelle Halioua

Emmanuelle Halioua

Emmanuelle Halioua, femme et mère est thérapeute spécialisée en trauma et en hypnose. Depuis Paris, elle nous envoie ses chroniques qui ne laissent personne indifférent

3 pensées sur “Samedi soir, j’ai eu honte au gala du Libi

  • 4 décembre 2018 à 10:54
    Permalink

    vous devriez apprendre à votre fils que c’est bien plus marrant et joyeux un peu de balagan et les éternels mangeurs devant le buffet sans discontinuer.
    l’humour juif et ses caricatures.
    la vie est multiple, et les donateurs étaient là, c’est le principal, merci à tous.

    Répondre
    • 4 décembre 2018 à 1:14
      Permalink

      Vous avez raison, c est très important le balagan lorsque le père d un soldat vient t’éloigner d em assassinat de son fils dont attend Tjs le corps…
      Vous avez raison… C est très important d enseigner à un enfant le balagan lorsque Gladys essaie dans la cacophonie de rendre hommage à une morte do t elle était très proche.
      Au diable le respect et la pudeur…

      Répondre
  • 4 décembre 2018 à 6:20
    Permalink

    Bien triste ce manque de respect

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *