Révolution dans le diagnostic médical: Quand la France dit du bien d’Israël

Sur le site « France Diplomatie », sous la bannière du « Service de Coopération Scientifique et Universitaire », un article paru il y a quelques jours (après un premier publié en juin qui m’avait échappé) se réjouit de la mise au point par « un laboratoire de l’Université de Tel-Aviv d’un nouveau type de sondes « chemoluminescentes » ultrasensibles et dont l’usage avait été pressenti comme une révolution dans le domaine du diagnostic médical ».

Inutile de se le cacher, il n’est rien de meilleur pour le moral que de trouver quelque motif pour associer ces deux états, rien de meilleur que d’écrire un article des plus élogieux à l’encontre de chacun ! Et qui plus est, partager ce plaisir rare avec vous via CoolAmNews !

Il s’agit donc d’une découverte dont les applications ne sauraient tarder après qu’un contrat de licence pour commercialiser de nouveaux outils de diagnostic basés sur ces sondes ait été signé avec Ramot, la société de transfert de technologie de l’Université de Tel-Aviv et BioSynth, une société suisse spécialisée dans le diagnostic médical.

Leur particularité ? Etre très sensible

Et de rappeler comment « le groupe de recherche du Dr Doron Shabat allié à l’équipe du Dr Bauer de l’Université de Genève venaient alors de publier un article scientifique sur un nouveau type de sondes capables d’émettre une forte fluorescence lorsqu’elles rentrent en contact avec une molécule cible. Leur particularité ? Etre très sensible, c’est à dire être capable d’émettre un signal fluorescent suffisamment fort pour être capté par un détecteur même en présence d’une quantité infime de la cible à détecter.

Pour faire court, notre média d’ajouter que si « La technologie, appelée « AquaSpark », promet donc de faire profiter de ses nouvelles connaissances les cabinets médicaux et les centres hospitaliers à travers le monde entier., nul ne sait exactement quand !

Si la technologie s’est montrée efficace en laboratoire sur des cultures de cellules, il reste à prouver son efficacité chez l’homme, en conditions cliniques. Et pour arriver à ce stade, les sondes auront à passer toute une panoplie de tests pour notamment prouver leur innocuité, leur précision ou leur reproductibilité.

Affaire à suivre !

SOURCE : France Diplomatie

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *