Marche blanche à Gaza. Où est le problème ? Par Nidra Poller

Les frères Kouachi ont voulu rendre hommage aux dessinateurs de Charlie Hebdo. Amadaou Coulibaly faisait ses courses au magasin Hyper Cacher à la Porte de Vincennes. Reduane Lakdim a choisi le Super-U de Trèbes. Des anciens combattants de la guerre en Syrie faisaient la fête au Bataclan.

Marche Blanche ? Khamzat Azimov, un Français de 20 ans, sortait comme les jeunes gens de son âge dans le quartier de l’Opéra. Yacine Mihoub ne voulait que prendre un verre avec sa voisine Mireille Knoll. Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s’est porté volontaire pour livrer des glaces sur la promenade des Anglais à Nice le 14 juillet 2016. Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, ouverts d’esprit, ont assistés à la messe à Saint Etienne de Rouvray … Des intentions parfaitement banales. Et pourtant toutes ces virées ont terminé en bain de sang.

N’est-ce pas grotesque de rendre compte de tels incidents dans un style mythique, fantaisiste ou du point de vue des tueurs animés d’une haine génocidaire, fidèles à une idéologie mortifère, déterminés à nous détruire, nous et notre liberté ? On ne peut pas juger de tels actes sans prendre parti, sans références à des valeurs morales.

Nos commentateurs ont appris à ne  plus tricher quand il s’agit d’attentats terroristes sur notre territoire. Pas de coup de couperet  quelques heures après l’incident, avant que les faits essentiels soient connus et annoncés. Au contraire, un attentat déclenche des éditions spéciales, des enquêtes sur le terrain, la recherche des informations et des précisons, des entretiens et des prises de vue. L’hypothèse initiale est confirmée ou modifiée en conséquence. On travaille le sujet jusqu’à l’épuisement. La notion de loup solitaire a disparu, l’excuse des problèmes psychologiques est de moins en moins convaincante. L’opinion publique, correctement informée, est exaspérée par la répétition de meurtres commis par des hommes fichés S.  Il n’est pas interdit de lier l’islamisme à l’attentat. On n’accuse plus les forces de l’ordre de brutalité. Abattre un homme qui égorge des passants est devenu routine.

Tout cela est, enfin, évident.

Sauf quand la haine génocidaire est en provenance de Gaza et vise des Israéliens. Ça devient une « marche blanche » [Ça vous regarde, LCP, 17 mai]. » Mobiliser des civils par dizaines de milliers avec l’intention de détruire la barrière qui protège Israël des incursions meurtrières, planter des combattants armés dans la masse, brûler des centaines de pneus pour cacher ces manœuvres des soldats, promettre au bon peuple l’entrée dans les villages de l’autre côté de la barrière où ils pourront tuer des Juifs, manger leur cœur et leur foie et prendre possession de la terre de « Palestine » du Jourdain à la mer… c’est une « marche blanche ».

Tirer contre des civils gazaouis qui protestent ainsi, « pacifiquement », devient en conséquence un massacre. Force excessive. Génocide. Cruel, inhumain, odieux, impardonnable.

La vérité sort de la bouche des menteurs !

En mimant l’épaisse fumée de pneus incendiés à Gaza, on tire chez nous le rideau noir pour assurer le blackout des informations largement disponibles, facilement vérifiables, qui contredisent la version « marche blanche ». Mais, cette fois-ci, la vérité sort de la bouche des menteurs ! Mahmoud Zohar, co-fondateur du Hamas, avoue sans honte la mascarade : « We are deceiving the public about peaceful protests » [on fait exprès de leur filer le mensonge des manifestations pacifiques].

Des vidéos  de la violence sont postées. Les organisateurs de la Marche de Retour expriment librement devant la caméra leurs véritables intentions meurtrières. Ils vantent la mort de 50 combattants sur les 60 tués le 14 mai.  Peu après l’annonce de la mort d’un enfant de 8 mois, « victime des tirs de gaz lacrymogène », un médecin de Gaza remet en question cette version des faits. On apprend que l’enfant, souffrant d’une pathologie grave, est décédé de causes naturelles. La famille, parait-il, a accepté de jouer la mise en scène.  Le Monde, champion de la chasse au fake news, après avoir consacré une demi-page à la photo de la mère et enfant, entourés de pleureuses, ne revient pas sur l’image choc, ne souffle mot de la tricherie, n’évoque même pas la polémique.

L’éthique journalistique bafouée

Quand il s’agit d’un attentat chez nous, nos confrères journalistes ne favorisent pas les dires de l’ennemi : Daesh, l’auteur de la tuerie, ses soutiens moral et physique. On ne méprise pas les déclarations du procureur et du ministre de l’intérieur à la faveur des élucubrations de l’assassin. Salah Abdeslam, par exemple. Or, l’armée israélienne est disciplinée. Les soldats ne tirent pas dans la foule, ils  visent des hommes armés qui tentent de briser la clôture afin de commettre des massacres.

Rappel : l’Intifada Al Aqsa

Le reportage al Dura fin septembre 2000, déclencheur de l’Intifada al Aqsa, aurait dû servir de leçon : mise en scène de la « mort » d’un enfant (blood libel), utilisation des civils comme boucliers humains, maquillage d’une opération militaire en révolte populaire, justification d’atrocités commises contre des civils israéliens, mobilisation de l’opinion internationale pour condamner Israël. Et les Juifs. Faute de rigueur journalistique, le reportage al Dura a été sacralisé, protégé du regard lucide qui s’impose. Et on continue à gober des mensonges du même genre, concoctés dans le même but : justifier l’assaut contre l’Etat juif. Maintenant c’est la Marche de Retour. Une abondance de documentation visuelle expose des falsifications semblables à celles observées autour du reportage al Dura en 2000. [Pierre Rehov, Behind the Smokescreen].

Le reportage Al Dura avait inspiré un torrent de violence anti-juive en Israël et partout dans le monde. Il a servi de justification des pires atrocités commises depuis la Shoah. On oserait croire que, même sans rectification de la mise en scène, une certaine conscience de l’erreur a fini par refroidir les ardeurs pour la création d’icônes de la cause palestinienne.

On est loin, toutefois, d’une approche honnête de la soi-disant protestation pacifique à Gaza. Les médias mainstream en France ne sont pas revenus sur la version livrée le 14 mai. Les faits sont inaudibles alors que la condamnation enfle. On a l’impression que la version falsifiée d’un massacre de civils est acceptée jusqu’aux hautes sphères de l’Etat. Pour preuve, le discours du président Macron  et l’annulation de la visite d’Edouard Philippe en Israël, un coup froid tout au début de la saison croisée France-Israël.

Qui est tombé dans le piège ?

Les moins sévères disent ; le Hamas a tendu le piège, Israël est tombé dedans. Au contraire. Ce sont les médias, l’opinion internationale, les responsables européens, l’ONU et Cie qui sont tombés dans le piège. Faisant fi du bien-être des résidents de Gaza en particulier et des Palestiniens en général, on construit une Palestine imaginaire, sans histoire et sans relief. Un pays sans activité culturelle, politique ou économique, qui n’existe que pour produire des adjectifs qui accusent Israël.

Comment peut-on continuer à nier la nature de cette guerre d’un nouvel ordre livrée depuis des décennies contre le monde libre ? Doit-on déplorer la mort des combattants de Daesh et pleurer la mort des soldats iraniens  en Syrie ? En quoi un soldat de Hamas est-il un civil massacré quand un soldat de Daesh à Paris mérite d’être abattu sans état d’âme ?

Quel pays sait se défendre sans tuer l’ennemi qui cherche à le détruire ? La mort en conséquence n’est ni à déplorer ni à célébrer, c’est la guerre. En recouvrant de belles paroles l’épaisse fumée de pneus incendiés et les Allahou Akhbar hurlés, on s’efforce de cacher la réalité d’une opération militaire montée par une force de conquête. Qui nous vise aussi.

Nidra Poller

Nidra Poller

Nidra Poller

Nidra Poller, née aux Etats-Unis, vit depuis 1972 à Paris. Romancière, traductrice et, depuis 2000, journaliste elle publie en anglais et en français des articles et des ouvrages. A paraître décembre 2017, L’Aube obscure du 21 e siècle, authorship intl.

3 pensées sur “Marche blanche à Gaza. Où est le problème ? Par Nidra Poller

  • 3 juin 2018 à 9:31
    Permalink

    Mme Poller , l affaire al dura n aurait pas existé sans la volonte chiraquienne de se presenter en pourfendeur d Israel , les journalistes ne sont qu un des bras armes de la politique eurabienne pro arabe qui etend ses tentacules dans l education nationale , le syndicalisme, la diplomatie , si vous n avez pas compris qu enderlin etait en  » service commandé  » pour chirac, alors vous n avez encore rien compris

    Répondre
  • 4 juin 2018 à 11:01
    Permalink

    L’absence de respect des articles 8 et 9 de la Charte de Munich (censée réguler l’exercice du journalisme au quotidien) est dangereuse pour la démocratie et la liberté d’opinion : 

    Article 8 : s’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondements ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
    Article 9 : ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste.

    Étant donné que personne n’est chargé de la faire appliquer ni de sanctionner les contrevenants, pourquoi les propagandistes patentés se gêneraient-ils ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *