Israël : jeudi dernier, j’ai vécu une drôle d’expérience

Yom Hashoah est derrière nous depuis quatre jours.  Et depuis quatre jours, cette catastrophe me hante. Pourtant, je n’en suis pas à mon premier Yom Hashoah, puisque cela fait 21 ans que j’habite sur ma terre, aux côtés de mon peuple. Par Nathalie Sivan.

Il est vrai que chaque année, cette journée de commémoration nous prend tous aux tripes car chaque témoignage de rescapés, d’enfants et de petits enfants de ceux qui ne sont plus, est la preuve que l’oubli ne sera jamais possible.

Mais comme toute expérience de vie heureuse ou tragique, le vécu personnel ne peut être remplacé par aucune parole, la meilleure soit-elle. La Shoah se raconte, se visionne, s’écoute mais seuls ceux qui l’ont vécue dans leur chair savent l’intensité, la douleur, l’horreur qui dépassent ce simple mot : Shoah.

La douche…

Or jeudi dernier, j’ai vécu une drôle d’expérience imaginaire. Aux environs de 10 heures, je venais de terminer une séance de sport au Country d’Ariel, capitale de la Samarie, dans ce complexe magnifique doté d’une piscine olympique, de différentes salles de sport proposant des dizaines d’activités de qualité, qui ferait pâlir d’envie nombre de petites villes dans le monde. Ayant terminé donc ma séance, je me préparais à aller prendre une douche bien méritée.

C’est dans le vestiaire des femmes qu’à 10 heures pile la sonnerie traditionnelle m’a surprise. Face au mur ou étaient accrochés mes habits, l’angoisse m’étreint car le parallèle s’impose à moi immédiatement. Prendre une douche est un acte tellement banal et courant. Comment une simple douche a pu devenir l’une des armes les plus destructrice et monstrueuse que des cerveaux désincarnés de toute humanité ont mis en place pour anéantir des millions de juifs ?

Face à ce mur, je commence à tenter d’identifier ce à quoi on pense à ce moment précis. Le degré de stress et de panique qui devaient être ceux de toutes les victimes. Celles qui savaient, qui avaient compris, celles qui ne se doutaient de rien. Celles qui honteuses de cette nudité et de la dégradation sociale, pensée et si sadique. J’en ai le vertige. La tête me tourne et la nausée me prend sans crier gare. J’essaie de casser volontairement ce tourbillon imaginaire malsain que je suis loin d’avoir recherché.

Comme sonnée après un match de boxe

La sonnerie lentement redescend et prend fin. Je suis comme sonnée après un match de boxe et je mets du temps à retrouver mes esprits. Et puis la première pensée rationnelle qui monte enfin en moi, c’est pour prendre conscience, de la chance et du bonheur inégalables de vivre en Israël en 2019. De sentir une force de vie merveilleuse, telle une vague qui balaye tout sur son passage et qui me permet de comprendre si puissamment que vivre en Israël, relève du miracle et que ce miracle, je le vis et le déguste de toutes mes forces au quotidien.

Des miracles, ici, on en vit chaque jour et pourtant rien ne peut venir les émousser, ni les affaiblir. Le prochain des miracles, que je m’apprête à vivre dans les jours à venir, je le connais d’avance. Il est si beau, si puissant, si chevaleresque : chaque année, je l’aime un peu plus et le chéri car j’ai appris à vraiment comprendre dans ma chair et mon cœur quelle était sa véritable valeur. A toi Yom Haatsmaout et à l’éternité du peuple juif : Lehaïm !!!

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

2 pensées sur “Israël : jeudi dernier, j’ai vécu une drôle d’expérience

  • Avatar
    5 mai 2019 à 15 h 39 min
    Permalink

    Nous sommes, ma soeur et moi des enfants de parents rescapes de la Shoah.
    Toutes nuits, quand je m’endors j’entre dans la chambre a gaz. Ma soeur en fait de meme.
    J’ai tres peu parle de la Shoah a mes enfants. Ils n’ont pas participe au voyage a Auschwitz en premiere. Et pourtant, ma fille, 38 ans, commence a me poser des questions sur ma famille.

    Répondre
  • Avatar
    6 mai 2019 à 16 h 03 min
    Permalink

    Merci Nathalie Sivan pour ce partage bouleversant !
    Je suis émue aux larmes en vous lisant et je comprends mieux oh combien c’est une Grâce ce pays d’Israël ! la Vie ! La communion de tout un peuple face à la haine, Tout est miracle !! Merci mon D.ieu !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *