Israël Insolite: Recherche sur la mémoire du poisson rouge

Exact ou pas le fait d’avoir une mémoire de poisson rouge ? 

Qui du mythe de la mémoire exceptionnelle du Peuple du Livre ou de l’amnésie du poisson rouge a le plus de chance d’être vérifié exact ? En ce qui concerne ceux qui font partie du « Peuple du Livre », tous les sages en leur synagogues n’ont plus rien à prouver, répétant à loisir moult histoires importantes ou pas, voire toutes sortes de commentaires, d’anecdotes répétées de générations en générations…

« Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir » affichait il y a encore peu de temps, le cinéaste Claude Lanzmann, aujourd’hui décédé. Il aurait tout aussi bien pu jouer les messieurs de La Palisse en affirmant qu’un peuple sans mémoire est un peuple sans histoire !

Or, dans ce domaine Le Peuple d’Israël n’a plus rien à démontrer… En revanche qu’en est-il de l’amnésie que l’on prête aux poissons rouges ? Il semblerait que légende ou pas cet a priori leur colle si bien à la peau qu’il soit devenu une expression populaire qui stigmatise tous les malheureux du genre Alzheimer !

Petit poisson ne saurait garder quoi que ce soit en mémoire plus de quelques secondes nous dit-on. « Neuf secondes » très exactement, juste le temps de répéter  « Nous rêvons d’un pays en Paix – Nous rêvons d’un pays en Paix – Nous rêvons d’un pays en Paix »,  trois fois de suite !

Déjà en 1994, la très sérieuse National Institute of Health s’était longuement penchée sur les capacités cognitives du « Carassius Auratus », et avait publié les résultats d’une expérimentation de quatre semaines dans le non moins sérieux journal de la National Library of Medicine.

Philip Gee, à l’origine de cette expérience, pour ce faire avait entraîné les poissons rouges à activer un levier leur permettant de se nourrir. Il en avait déduit qu’ils étaient fort capables de s’adapter aux circonstances et d’apprendre.

Les israéliens s’y mettent

Quelques années plus tard, en 2011, des scientifiques israéliens ont, eux aussi, tenté l’aventure mais en suivant le rythme du cycle lunaire ancestral. Et c’est ainsi qu’ils donnèrent à manger à leurs poissons rouges pendant des segments de vingt-huit jours en associant un son à chacun de leur repas. Sept jours plus tard, les poissons se précipitaient sur la nourriture lorsqu’ils entendaient le son convenu.

Même si quelques sept mois plus tard, les poissons se montraient indifférents au son proposé par les chercheurs, le laps de temps mémorisé par ces «cobayes » est bien éloigné des neuf secondes de mémoire fatidiques qu’attribue aux poissons rouges la croyance populaire.

En 2015, une étude réalisée par Microsoft au Canada affirmait que la capacité moyenne de concentration de l’être humain était de huit secondes – moins, donc, que la soi-disant mémoire du poisson rouge.

Si cette constatation fut reprise et abondamment relayée dans divers médias avides d’histoires farfelues, elle ne fit pas long feu en Israël, où les sages réunis autour DU LIVRE discutent encore et encore de la valeur de telles ou telles décisions prises il y a 5000 ans….

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Une pensée sur “Israël Insolite: Recherche sur la mémoire du poisson rouge

  • 6 août 2018 à 3:49
    Permalink

    Là, je ne suis pas d’accord, vous mettez à manger, dans un coin précis, ils viendront dans ce coin précis pour manger………..!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *