Israël, 71 ans… et vous ne voyez toujours pas la main de Dieu ?

Voilà ! La boucle de la 71è année de la création de l’Etat d’Israël est bouclée. Les pires malheurs du peuple juif se sont déroulés entre 1942 et 1944. Puis la vie de notre pays a démarré en 1948, et s’est poursuivi par des tas de victimes malgré des progrès de la vie ici.

Avant de vous raconter encore mes « histoires », je me dois de vous raconter ma prose juive. Ainsi, je dois rappeler certaines choses de l’histoire de notre région. Je le dis de la même manière que, lorsqu’on me demande comment démontrer la présence de Dieu dans le monde,

Je dis : «regardez la naissance d’un enfant; la preuve irréfutable de la présence du Créateur ». Israël est un monde parti du chaos il y a 2000 ans, sans direction. Et les 100 dernières années, les choses se sont accélérées : déclaration Balfour, les premières batailles contre les arabes, les pogroms (Hévron), et soudain notre liberté.

Et puis, en seulement 50 ans, des progrès inouïs. Des marécages asséchés, puis le seul pays au monde où le désert recule, le pays le plus en avance sur toutes les questions liées à l’eau: désalinisation de l’eau de mer, traitement des eaux usées, etc… Etrangement, l’eau, toujours l’eau; comme si on devait montrer notre attachement à ce liquide précieux , modèle de la Thora. Et en avance sur des traitements essentiels (cancers, greffes de rétine, sclérose en plaque et protection contre nos agresseurs).

Le seul endroit au monde

Pendant des 71 années, nous avons été un million d’habitants, puis deux puis 9 aujourd’hui ou un peu plus. Et nous nous battons contre 300 millions jusqu’à 500 millions d’ennemis. Et nous gagnons nos guerres.

Quelqu’un peut-il encore considérer qu’Hachem ne s’intéresse pas à notre Etat? À notre peuple? Est-on conscient de ce cadeau qu’Il nous a fait , et de l’obligation de gratitude pour ce trésor, pour avoir un lieu où lorsque nos enfants choisissent un époux ou une épouse, c’est l’endroit du monde où on est quasi certain d’épouser un juif ou une juive. Où chaque mètre du pays est jalonné des lieux de notre texte biblique.

Où nos sages disent qu’à chaque fois qu’on avance de quatre coudées on réalise une mitsvah; c’est dire la sainteté du lieu. Le seul pays au monde où nous appliquons la Chémita, où nous ne faisons qu’un seul jour de fête, où tous les prélèvements des fruits sont obligatoires, où nous ne déracinons pas nos arbres fruitiers etc…

Un pays selon la Thora. Où la majorité respecte les Lois essentielles, où plus de 90% font faire la Brith Mila à leurs fils. Où veille de Chabbat, il y a 10 fois moins de voitures dans les rues.

Et puis, quel statut donner à un lieu où plus de 100 nationalités d’origine cohabitent, des noirs, des « gris », des blancs, des langues aussi diverses que celles de Babel. Des aristocrates et des gens simples, russes ou allemands, du Maroc ou de Libye. Qui arrivent à se comprendre au bout du compte.

Mon premier voyage

En 1969, j’ai fait mon premier voyage ici. Je suis venu seul. Et je me souviens d’un pays encore en friche. Quelques milliers d’habitants à Netanya. Jérusalem c’était la campagne. Et à Eilat il y avait un seul hôtel. On venait de constater le premier grand miracle depuis l’ouverture de la mer rouge: notre peuple ridicule, avec un peu plus d’un million d’habitants venait d’écraser 300 millions d’arabes surarmés.

Celui qui ne lit pas l’ampleur du soutien d’HBH doit faire un effort, et remercier. Pour toutes ces raisons, notre choix de vivre ici n’est pas touristique, ni même de boulot, ou d’étude dans les meilleures Yeshivots . Non, ce choix est de comprendre que ce pays est à nous dans toutes ses dimensions.

« Hodou Lachem ki tov ki leolam hasdo ». Merci de nous avoir sauvé par mille fois des griffes de nos ennemis, et donné la chance de vivre vraiment dans un pays libre pour notre peuple.

José Boublil

José Boublil

Chef d’entreprise dans les nouvelles technologies, ancien associé du cabinet Deloitte, sioniste convaincu.

Une pensée sur “Israël, 71 ans… et vous ne voyez toujours pas la main de Dieu ?

  • Avatar
    12 mai 2019 à 16 h 02 min
    Permalink

    Une réussite.
    Ce qui m’interpelle c’est le refus du *non juif » le juif épousera une juive ! En quoi serions nous incompatibles (répugnants) ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *