Le diamant, un enjeu « de taille » pour des villes comme Anvers et Tel-Aviv !

La nouvelle année civile vient à peine de naître et voilà, nous sommes déjà demain… Quel symbole pourrait mieux représenter la fuite du temps qu’un diamant venu du fond de la nuit ?

Voilà la trame mise en scène par un groupe de diamantaires d’Anvers, bien décidés jusqu’à la fin du mois de février à célébrer 570 ans d’amour entre cette ville et l’industrie du diamant.

Le caractère particulier de l’expo « BrilliAnt » réside dans son emplacement exclusif au cœur du quartier diamantaire d’Anvers et l’obtention de services et mesures de sécurité jamais inégalées.

Pour en savoir un peu plus sur le diamant, éternel objet de toutes nos convoitises, les meilleurs intervenants de l’industrie se mettront à votre disposition et vous proposeront un programme de séminaires traditionnellement très apprécié.

Si tout ce qui brille n’est pas d’or… Le diamant lui, éblouit, fascine, ensorcelle !

Passer du rôle de client à celui de marchand il n’y a qu’un pas allègrement franchi par les hindous qui remplacent peu à peu les juifs dans l’histoire d’Anvers, effaçant jusque au souvenir que ce soit ces mêmes juifs orthodoxes qui avaient fait de cette petite ville perdue au fin fond de la Belgique, grâce à leur savoir-faire, la capitale mondiale du diamant !

Question subsidiaire : Que réserve l’avenir aux uns et aux autres, mais surtout qu’adviendra-t-il de ce petit monde juif ?

Tous de se retrouver à Ramat Gan, prendre le train en marche et apporter de nouvelles techniques à cette structure spécialisée dans les grandes pierres et les diamants destinés à la bijouterie.

Ramat Gan, capitale du diamant israélien

Petit rappel des faits : Fondé en 1937, cette bourse donc initialement spécialisée dans les grandes pierres et les diamants destinés à la bijouterie avait dû attendre 1948 pour que le Israel Diamond Club, regroupe sous une même bannière producteurs, tailleurs, négociants et acheteurs.

Et d’installer ce joli monde en la ville de Ramat-Gan en 1968. Et de prendre le nom d’ISDE (la Diamond’s Week, Site officiel du Israël Diamond Exchange), en février 2017.

Quant aux nouvelles technologies dont parlé plus haut, « En tant que diamantaire gemmologue et passionné de pierres précieuses, Nissim MEYER nous dévoile au sein même de son activité de diamantaire un autre univers aux aspects technologiques et innovateurs à la frontière de la magie et de l’alchimie.

Comment éliminer un point noir… dans un diamant

Techniques d’améliorations du diamant, cette « niche » en voie de développement commence à se commercialiser avec succès. Et d’expliquer par exemple, comment, par perforation au laser on peut éliminer un point noir dans le diamant. (Ce qui doit être accompli, on s’en doute, uniquement par des spécialistes plus qu’expérimentés !)

Autre application du laser : La technique de remplissage pratiquée dans le but d’améliorer le degré de pureté du diamant s’applique sur des gemmes présentant des fêlures en leur surface.

Et d’ouvrir des portes encore et encore comme de transformer la couleur de certaines pierres pour obtenir, comme dans la nature des bleu azur, d’innombrables verts et autant de jaunes canari !

Et ce n’est pas tout, ce n’est pas tout !

Et d’apporter tant de plus à tant d’autres… Qu’il se pourrait que Ramat Gan, cette ville délicieusement située en bord de mer devienne le plus naturellement du monde, la nouvelle capitale mondiale du diamant !    Ce qui ne serait que justice…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *