Détecter les fake news ? Une start-up israélienne aide l’Union européenne

 

Démêler le vrai du faux. Bonne nouvelle, une start-up israélienne peut désormais détecter les fausses informations des vraies !

 

 

Une start-up de trois personnes, fondée en 2017 affirme avoir développé un logiciel capable de détecter les fake news (fausses nouvelles). L’Union européenne utilise désormais le moteur AI de la startup pour identifier la désinformation diffusée sur le web et sur les réseaux sociaux. AdVerif.ai a développé un algorithme anti-désinformation qui peut aider les annonceurs qui ne veulent pas que leurs publicités apparaissent à côté de fausses nouvelles

AdVerif.ai, dirigé par l’informaticien israélien Or Levi, fait partie de la campagne « UE contre désinformation » qui a été lancée en 2015 pour lutter contre la propagande pro-Kremlin. La campagne passe en revue les informations diffusées sur le Web pour vérifier leur véracité et leur partialité, en maintenant une base de données de plus de 3 500 « cas » de fausses nouvelles.

La start-up israélienne prête main forte à l’UE

En plus de sa campagne en cours, l’Union européenne a récemment recruté 39 journalistes et experts des médias pour étudier la portée des fausses informations et proposer des propositions politiques.

« Nous aidons (l’UE) à identifier le contenu problématique », a déclaré M. Levi, qui a quitté ses fonctions de chercheur de données chez eBay il y a quelques mois pour fonder AdVerif.ai, a déclaré dans une interview accordée à Calcalist en janvier. AdVerif.ai automatise le processus d’identification de fausses nouvelles atteignant un taux de précision de 90%, a-t-il déclaré.

L’algorithme des startups commence son évaluation en vérifiant la source d’information dans un article par rapport à un catalogue de sites qui publient de fausses nouvelles, satire, clickbait, ou de la propagande politique. Ensuite, l’algorithme cherche à voir si les faits dans l’article ont été réfutés par des sites de vérification des faits comme Snopes et FactCheck.org. Beaucoup de fausses nouvelles recyclent les mêmes faux tropes. Quand il s’agit d’articles de sources peu connues qui véhiculent de nouvelles informations, le système recherche la corroboration dans les sites de nouvelles établis.

Comment l’algorithme détecte les fausses nouvelles

La prochaine étape est plus subtile et sophistiquée. L’algorithme analyse les modèles linguistiques dans les articles. Les histoires fausses ont tendance à contenir plus de langage émotif et opiniâtre. Le manque de guillemets, un nombre anormalement élevé d’adjectifs, et beaucoup de phrases courtes sont aussi des cadeaux, selon M. Levi.

« Certains des modèles sont intuitifs et faciles à comprendre », a déclaré M. Levi. « Mais l’algorithme identifie également des modèles plus complexes que nous ne pouvons pas facilement expliquer ou décrire. C’est comme une boîte noire. « 

Les gouvernements d’Europe et d’ailleurs ont appelé Google et Facebook à agir pour endiguer la propagation de fausses informations sur leurs plates-formes, et les deux entreprises se sont engagées à le faire.

Levi a déclaré que son démarrage ne peut guère rivaliser avec l’expertise technique de l’ensemble des unités d’intelligence artificielle dans les grandes entreprises technologiques, mais a ajouté qu’ils n’ont pas la même motivation pour s’attaquer aux fausses nouvelles.

« Nous ne prétendons pas être meilleurs que Facebook ou Google », a-t-il déclaré. Au stade précoce et autofinancé, AdVerif.ai croit qu’il peut trouver des clients dans les grands annonceurs qui veulent s’assurer que leurs annonces n’apparaissent pas aux côtés de fausses nouvelles.

Levi a déclaré que son système peut bloquer l’affichage des publicités sur les sites proposant de faux sites de nouvelles et également des publicités pour les faux sites de nouvelles eux-mêmes. Automatiser la vidéo, c’est l’avenir de la narration en ligne.

« Le pipeline de revenus pour les fausses nouvelles vient des réseaux publicitaires », a déclaré M. Levi. « Si nous coupons ce pipeline, ils ne seront plus rentables. C’est la chose la plus efficace à faire dans cette guerre. »

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

2 pensées sur “Détecter les fake news ? Une start-up israélienne aide l’Union européenne

  • 15 février 2018 à 4:51
    Permalink

    S il vous plait mettez vous en contact avec moi
    Aidez moi svp

    Répondre
  • 21 mars 2018 à 8:23
    Permalink

    Cher David,
    Je profite de cet article pour te dire que ton visage et ta bonne humeur nous manquent.
    J’aimais vraiment tes prestations à la télé alors qu’I24 News est vraiment une téloche dégueulasse dans sa ligne éditoriale.
    Que nous reste-t-il désormais si même une TV appartenant à Drahi et en direct de Tel Aviv se fait le relai de la même prose merdique que toutes les autres ?

    Ta fougue et ton sionisme visible nous foutaient la gnaque.
    Aujourd’hui, il faut se fader des « journalistes » sans substance, politiquement correct ainsi que tout le vocabulaire prédigéré par toute la presse mondiale.

    On parle de Cis-Jordanie occupée et « d’assaillants palestiniens » alors que Judée-Samarie leur écorche la bouche ainsi que meurtriers arabes.

    Beaucoup de juifs en France se sentent floués par I24 News et sont nostalgiques du joyeux et néanmoins intéressant bordel de GUYSEN TV où tu officiais remarquablement.

    Oui, l’écrit est important mais tu devrais songer à nous faire quelques petites apparitions bien senties façon youtube, une fois par semaine pour nous raconter sans filets la réalité israélienne.

    Sois toi-même et envoie les infos qui cognent parce ici, en France, les gens sont endormis surtout les trentenaires, les quadras.

    Perso, j’adorerais te filer quelques bonnes suggestions pour ces vidéos qui ne seraient pas seulement des infos mais une émulation non nécessaire mais VITALE concernant les forces juives de France. Ton rôle serait aussi celui de fédérateur.

    Qu’en penses-tu ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *