Des chercheurs affirment que l’Arche d’alliance se trouve en Ethiopie

L’Arche d’alliance est un des trésors les plus recherchés de l’histoire de l’Humanité. Disparue depuis près de 2 500 ans. Les archéologues de l’Institut d’archéologie biblique (BASE) ont enthousiasmé la communauté scientifique après avoir publié leurs résultats de recherche sur l’Arche de l’Alliance

Selon la Thora, il s’agirait d’une boite en bois d’acacia de 1,20 mètre de long recouverte d’or pur. Disparue depuis près de 2 500 ans, elle contiendrait les 10 commandements dictés par D.ieu à Moïse sur le mont Sinaï.

L’Arche est plus qu’un simple contenant: elle serait aussi une arme capable de détruire des armées entières. Elle aurait été amenée à Jérusalem par le roi David vers l’an mille avant l’ère vulgaire. La Bible ne la mentionne plus après cette période.

La piste éthiopienne

Selon des rapports, les chercheurs de l’institut ont suivi une série de preuves indiquant que l’Arche, avait pris le chemin du royaume de Kush (l’Éthiopie actuelle), où elle se trouverait encore aujourd’hui.

Les chercheurs de BASE se sont rendus en Éthiopie, dans le but d’assembler les preuves qui semblent indiquer que l’Arche a bien été transférée en Afrique. Selon eux, le transfert aurait eu lieu après que Manassé, roi de Juda, aurait expulsé de son royaume une certaine communauté hébraïque (non mentionnée), qui aurait par la suite rejoint l’Égypte. Leurs découvertes indiquent que la même communauté s’est frayée un chemin le long du Nil et s’est installée sur l’île de Jebel, au sud du pays.

Les archéologues auraient trouvé une copie de l’arche sur l’île au fil des ans, bien que les chercheurs de BASE n’aient pas confirmé cette affirmation. Ce qu’ils ont confirmé en revanche, c’est l’existence des vestiges d’un ancien temple juif, qui indique ainsi qu’une communauté hébraïque s’est installée dans la région, dans l’antiquité. De là, ils ont continué à errer sur le Nil avec l’arche et se sont retrouvés dans le royaume de Kush.

La recherche aboutie à Aksoum, dans la province du Tigray

Les chercheurs ont poursuivi leur chemin jusqu’à la plus importante église d’Éthiopie, située dans la ville d’Aksoum, dans la province du Tigray, l’église Sainte Marie de Sion.  Si l’on en croit le récit biblique, le roi Salomon aurait eu un fils avec la reine de Saba, le prince Menelik 1er. Celui-ci serait venu plus tard à Jérusalem, et il aurait dérobé l’arche d’alliance à l’aide de 20 compagnons hébreux.

L’arche aurait ensuite été rapportée en Ethiopie, où les hébreux auraient établi la religion d’Israël. Cette légende, qui relate des faits vieux de 3000 ans, est notamment étayée par l’existence des falashas, une très ancienne lignée de juifs noirs qui vivent dans le nord du pays. Vers l’an 300, lors de la christianisation de l’Éthiopie par le roi Ezana, l’arche d’alliance aurait finalement été apportée à Aksoum. Et selon la tradition éthiopienne, elle y serait encore, dans la chapelle de l’Eglise Sainte Marie de Sion. Reste que les responsables de l’Eglise orthodoxe locale ont refusé l’entrée aux chercheurs qui en sont donc resté là. On en saura pas davantage donc….

Les autres théories

D’autres théories sur l’emplacement de l’Arche perdue incluent les affirmations des rabbins Shlomo Goren et Yehuda Getz, selon lesquelles elle serait cachée en-dessous du Mont du Temple, où elle aurait été enterrée avant que Nabuchodonosor ne puisse la voler. Malheureusement, le Mont du Temple est maintenant l’emplacement du Dôme du Rocher, un lieu saint islamique, et la communauté musulmane locale refuse d’y laisser faire des fouilles. On ne peut donc pas savoir si les rabbins Goren et Getz ont raison.

L’explorateur Vendyl Jones, entre autres, croit qu’un artefact trouvé parmi les rouleaux de la Mer morte, l’énigmatique « rouleau de cuivre » de la grotte 3 de Qumran, est en fait une sorte de carte au trésor qui indique l’emplacement d’un certain nombre d’objets précieux retirés du Temple avant l’arrivée des Babyloniens, notamment l’Arche de l’Alliance. Cela reste à prouver, puisque personne n’a encore été capable de localiser tous les points de repère géographiques indiqués sur le rouleau.

David Sebban

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *