Ce que pense une journaliste arménienne de la Turquie, d’Israël et de Jérusalem

L’incompréhension inébranlable de l’Occident vis-à-vis de la Turquie et de l’Islam par Uzay Bulut 24 décembre 2017

Sur la photo ci-dessus : Turquie. Des civils arméniens, escortés par des soldats ottomans, ont marché à travers Harput, avril 1915. (Source de l’image : American Red Cross / Wikimedia Commons)

Les musulmans fondamentalistes en Turquie – et ailleurs – ne voient pas le jihad, les conversions forcées ou d’autres formes de persécution contre les non-musulmans comme des actes criminels. Au contraire, leurs Écritures religieuses leur ordonnent ouvertement « de couper la tête et les doigts, et de tuer les infidèles partout où ils peuvent se cacher », parmi beaucoup d’autres enseignements ouvertement violents.

Par conséquent, ce que le reste du monde qualifierait de « génocide », « massacre », « terrorisme » ou « nettoyage ethnique » est considéré par les musulmans radicaux comme un moyen « juste » de répandre l’islam et de libérer les terres des kafirs (infidèles) . Erdogan est clairement un tel radical, c’est pourquoi il est fier de l’histoire criminelle de son pays, tout en châtiant et en réécrivant celui d’autres États, comme Israël.

L’incompréhension de l’Occident à cet égard ne connaît pas de limites.

Depuis la reconnaissance officielle par l’administration Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, le président turc Recep Tayyip Erdogan a intensifié sa rhétorique anti-israélienne, qualifiant le pays d ’“ état d’occupation et de terrorisme “.

C’est pire qu’ironique. Les Juifs ne sont pas des « occupants » dans leur ancienne patrie natale, où ils vivent depuis plus de 3 000 ans. D’autre part, les Turcs, il y a 3000 ans, étaient les plus nombreux en Asie centrale, loin de la Turquie actuelle. Pour ajouter de l’hypocrisie à une blessure, Erdogan a également déclaré à propos de son propre pays : “Que l’on sache qu’il n’y a jamais eu d’holocauste ou de génocide dans le passé de cette nation. “

Oh vraiment ?

Les villes dans la Turquie d’aujourd’hui – dont la plupart sont en Anatolie (Asie Mineure) et les hauts plateaux arméniens – ont été construites par des Grecs, des Arméniens et des Assyriens ; et les juifs y ont vécu depuis l’antiquité. Les djihadistes turcs d’Asie centrale ont envahi et conquis l’Empire chrétien byzantin au XIe siècle, ouvrant ainsi la voie à la turquisation graduelle et à l’islamisation de l’Anatolie et de l’Arménie. L’ invasion ottomane de Constantinople (Istanbul) au XVe siècle a entraîné la destruction complète de l’Empire byzantin.

Au cours de ces années, de nombreux Grecs, Arméniens et Assyriens de la région se sont convertis à l’Islam pour échapper à la mort, à l’exil, ou à l’exorbitante taxe de « protection », la jizya , imposée aux non-musulmans. En conséquence, seulement environ 0,3% de la population de la Turquie reste chrétienne ou juive en ce moment.

Selon le Dr Bill Warner , directeur du Centre pour l’étude de l’islam politique :

“Le processus d’anéantissement [de la civilisation chrétienne grecque en Anatolie] a pris des siècles et certains pensent que lorsque l’Islam a envahi, les Kafirs [non-Musulmans] ont eu le choix de la conversion ou de la mort et les dhimmis chrétiens continuaient d’avoir leur statut de « protégé » en tant que peuple du livre qui vivait sous la charia : le dhimmi payait de lourdes taxes, ne pouvait pas témoigner devant les tribunaux, détenait une position d’autorité sur les musulmans et était humilié par les règles sociales. Un dhimmi devait se retirer pour le musulman, lui offrir son siège, ne pouvait pas porter d’arme et s’en remettre à un musulman de toutes les manières : dans tous les domaines de la société, le dhimmi devait céder au musulman. Le manque de droits et l’impôt dhimmî ont amené le chrétien à se convertir : c’est la charia qui détruit les dhimmis.

“Aujourd’hui, la Turquie est musulmane à 99,7%, la civilisation chrétienne et grecque d’Anatolie est partie, elle est annihilée.

“Ce qui est tragique, c’est qu’il semble que personne ne sait ou ne se soucie …“

Même aujourd’hui, les raids islamistes expansionnistes contre les peuples non musulmans ont été et sont accompagnés de meurtres de masse, de viols, d’esclavage sexuel, de conversions forcées, de pillages, de pillages et de déportations, par l’État islamique, Boko Haram et d’autres.

Le but de ce jihad est d’étendre l’Islam et de soumettre les gens du monde entier à la charia [loi islamique] et à la suprématie islamique. Une fois sous la domination islamique – comme pendant l’Empire ottoman – les chrétiens et les juifs deviennent des dhimmis : des citoyens de troisième classe, « tolérés », contraints de payer une taxe en échange d’une « protection ». Peu importe combien d’argent ils paient, cependant, les dhimmis ne sont jamais autorisés à avoir les mêmes droits ou libertés religieux que les musulmans.

C’est quelque chose sur quoi les écoliers turcs ne reçoivent pas d’enseignement. Au lieu de cela, ils apprennent à l’école les « glorieux » Ottomans et comment l’octroi du statut de dhimmi aux non-musulmans était un exemple de miséricorde, de justice et de compassion ottomane – pas un outil pour les humilier et les asservir.

Plus récemment, comme Erdogan le sait, mais nie agressivement, les régimes turcs ont commis leurs plus grandes attaques contre les chrétiens anatoliens : le génocide de 1914-1923 contre les Grecs, les Arméniens et les Assyriens (syriaques / chaldéens). Malheureusement, il n’y a eu aucune protestation publique en Turquie contre le refus du gouvernement de reconnaître le génocide, dans lequel au moins trois millions de chrétiens ont été tués.

Il y a plusieurs raisons à cela :

La propagande d’Etat

Les Turcs sont continuellement exposés au déni du génocide à l’école, dans les médias et au parlement. Des millions de Turcs ont subi un lavage de cerveau pour croire que ce qui s’est passé n’était pas un génocide, mais plutôt un acte légitime d’autodéfense contre des éléments arméniens, grecs et assyriens « perfides » .

Mythes sur la nation turque

Selon les mythes officiels, les Turcs n’ont jamais lésé ou victimisé d’autres personnes ; ce sont eux qui ont été lésés et victimisés à travers l’histoire. En conséquence, selon ces mythes, toutes les actions violentes qu’ils ont pu commettre ont été menées en état de légitime défense.

Préoccupations économiques

La Turquie craint ce qu’elle appelle désobligeante comme le plan des « Quatre T » des Arméniens : Tanıtım, Tanınma, Tazminat ve Toprak (Propagande, Reconnaissance, Compensation et Territoire). Le gouvernement craint que si les Arméniens réussissent dans leurs efforts pour obtenir la reconnaissance internationale du génocide, ils demanderont de l’argent et des terres. Cette préoccupation est partagée par ceux qui ont hérité des biens saisis des victimes du génocide. Ces Turcs craignent de perdre la richesse qu’ils ont amassée à travers le butin du massacre.

Culture islamique

La doctrine politique de l’islam, largement responsable du génocide chrétien, joue toujours un rôle dans le déni de la Turquie.

Dans sa contribution à un recueil d’essais sur le sujet intitulé « Génocide dans l’Empire ottoman : Arméniens, Assyriens et Grecs, 1913-1923 », publié récemment par le professeur George N. Shirinian – l’historien Suren Manukyan écrit que les planificateurs du génocide arménien :

“… les forces sociales activées par les politiques qu’elles ont menées, y compris la proclamation du djihad au début de la Première Guerre mondiale, pour mobiliser le fanatisme religieux parmi la population de l’empire.

“Après la proclamation du jihad le 14 novembre 1914, le meurtre des Arméniens était considéré comme une légitimité religieuse : dans de nombreuses régions, les religieux dirigeaient les colonnes des musulmans et les bénissaient d’avoir puni les incroyants … Un slogan a été répété partout : “Dieu, rends leurs enfants orphelins, rends veuves leurs femmes … et donne leurs biens aux musulmans.“ En plus de cette prière, la légitimation du pillage, du meurtre et de l’enlèvement a pris la forme suivante : « Il est licite pour les musulmans de prendre la propriété, la vie et les femmes des infidèles ».

Ce qu’on fait les Turcs

Les régimes turcs ont commis leurs plus grandes attaques contre les chrétiens anatoliens durant le génocide de 1914-1923 contre les Grecs, les Arméniens et les Assyriens (syriaques / chaldéens). Malheureusement, il n’y a eu aucune protestation publique en Turquie contre le refus du gouvernement de reconnaître le génocide, dans lequel au moins trois millions de chrétiens ont été tués.

Les réformes du Tanzimat ottoman au XIXe siècle avaient « aboli » le statut de dhimmi accordé aux sujets non musulmans. Indépendamment de ce changement officiel, les non-musulmans ont continué à faire face à diverses formes de discrimination institutionnelle. De même, lorsque la République de Turquie a été créée en 1923, les non-musulmans ne possédaient plus le statut légal de dhimmis , mais leur dhimmitude officieuse continuait, sinon s’intensifiait.

En 1934, il y avait un pogrom anti-juif dans l’est de la Thrace ; en 1941-1942, il y eut une tentative pour enrôler et asservir tous les hommes non-musulmans dans l’armée turque – y compris les personnes âgées et les malades mentaux – pour les forcer à travailler dans des conditions horribles dans les bataillons de travail ; dès 1942, une taxe sur la fortune a été imposée pour éliminer les chrétiens et les juifs de l’économie ; en 1955, il y a eu un pogrom anti-grec à Istanbul ; et en 1964, les Grecs ont été expulsés de force de la Turquie. Tout ce qui précède a contribué au nettoyage ethnique antérieur des chrétiens et des juifs turcs.

L’incompréhension de l’Occident

Non seulement le gouvernement turc n’a pas reconnu, présenté d’excuses ou réparé les incidents de son histoire, mais il y a peu de couverture médiatique de l’ intimidation et de la violence contre les chrétiens, les juifs et les yézidis en Turquie.

En outre, les musulmans fondamentalistes en Turquie – et ailleurs – ne voient pas le jihad, les conversions forcées ou d’autres formes de persécution contre les non-musulmans comme criminels. Au contraire, leurs Écritures religieuses leur ordonnent ouvertement « de couper la tête et les doigts et de tuer les infidèles partout où ils peuvent se cacher », parmi beaucoup d’autres enseignements ouvertement violents.

Par conséquent, ce que le reste du monde qualifierait de « génocide », « massacre », « persécution » ou « nettoyage ethnique » est considéré par les musulmans radicaux comme une manière « juste » de répandre l’islam et de libérer les terres kafir (infidèles) . Erdogan est clairement un tel radical, c’est pourquoi il est fier de l’histoire criminelle de son pays, tout en châtiant et en réécrivant celui d’autres États, comme Israël.

L’incompréhension de l’Occident de tout cela ne connaît pas de limites.

Uzay Bulut, née et élevée une musulmane en Turquie, est une journaliste actuellement basée à Washington DC

Gatestone Institute

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *