Youval Steinitz : l’Iran contournera les sanctions et les restrictions

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé jeudi toutes les parties impliquées dans les négociations nucléaires entre l’Iran et les six puissances mondiales à faire preuve de souplesse pour enfin résoudre un conflit de 12 ans sur le programme atomique de Téhéran.

Les négociations, en cours à Vienne, sont dans l’impasse d’après les responsables, et devront probablement être prolongées en raison d’un certain nombre de points de friction tels que les limites sur l’enrichissement d’uranium de l’Iran et la vitesse à laquelle les sanctions sur l’Iran seraient levées. « Le Secrétaire général appelle tous les participants à démontrer la souplesse nécessaire, la sagesse et la détermination pour mener les négociations à une conclusion réussie qui répond aux préoccupations et aux intérêts de toutes les parties », a déclaré le service de presse de Ban dans un communiqué.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, et son homologue américain, le secrétaire d’Etat John Kerry, ont reconnu qu’il y avait encore beaucoup à faire pour aplanir les divergences avec l’Iran sur son programme nucléaire. « Nous voulons un accord, mais d’importants points de différence n’ont pas été résolus », a déclaré Fabius dans une déclaration commune avec Kerry à Paris. « Nous espérons que nous pourrons les réduire dans les prochains jours, mais cela dépendra de l’attitude des Iraniens. »

Kerry a dit qu’il partageait l’opinion de Fabius et a noté que les P5 + 1, groupe qui comprend également la Grande-Bretagne, la Chine, l’Allemagne et la Russie et qui se sont réunis avec des responsables iraniens cette semaine à Vienne, avaient une approche unie même s’il semblait y avoir « des différences mineures » entre eux. « Sur les principes fondamentaux … nous sommes d’accord qu’il doit y avoir des limites, un niveau acceptable et nous sommes confiants en notre unité », a-t-il dit lors une conférence de presse à l’ambassade américaine à Paris.

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a déclaré que les négociateurs dans les pourparlers avec l’Iran sur le programme nucléaire du pays « ne parlent pas d’extension » de la date limite. Il a parlé jeudi à Paris juste avant son vol à destination de Vienne. Kerry a également déclaré que les différences entre les pays qui négocient un accord pour empêcher l’Iran d’atteindre la capacité de produire des armes atomiques sont mineures. « Nous sommes confiants quant à notre unité », a-t-il dit à l’issue d’une rencontre avec son homologue français, Laurent Fabius.

L’Union européenne a annoncé jeudi qu’elle regrettait profondément le refus de l’Iran de répondre à l’agence nucléaire de l’ONU préoccupée au sujet de ses recherches sur la bombe atomique. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dit que l’Iran n’a pas encore fourni d’explications à son enquête, quatre jours avant la date limite pour un accord global entre l’Iran et les six puissances mondiales, mettant fin à 12 années de querelle.

Les 28 nations de l’UE, dans une déclaration commune lors d’une réunion des gouverneurs des 35 pays du conseil de l’AIEA, ont dit : « L’UE regrette profondément l’absence de progrès sur les questions à propos des P.M.D (dimensions militaires possibles). « L’UE souligne que la résolution de toutes les questions en suspens serait essentielle pour parvenir à une solution à long terme globale, ce qui est notre objectif. »

Le ministre israélien des Affaires stratégiques, Youval Steinitz, a commenté les négociations en cours avec l’Iran sur l’accord nucléaire, qui est maintenant dans sa dernière ligne droite avant la date limite du 24 novembre et a déclaré: « Israël est préoccupé par deux questions centrales qui n’ont pas reçu suffisamment d’attention. Premièrement, l’Iran tente de sauvegarder dans le cadre d’un accord leur droit de développer des centrifugeuses avancées dans le cadre d’un programme de recherche et développement. Le deuxième, c’est qu’Israël craint la coopération iranienne avec la Corée du Nord, qui permettrait à l’Iran de contourner les sanctions et les restrictions. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *