Yom Hashoah : Frida Wattenberg, décédée le 3 avril

Atteinte du virus Covid-19, Frida Wattenberg nous a quittés le 3 avril, quatre jours avant son 96ème anniversaire.

Frida est née le 7 avril 1924 à Paris de parents originaires de la région de Lodz, en Pologne.

Dans les années 30, elle adhère au mouvement de l’Hachomer Hatzaïr.

Dès octobre 1940, elle adhère à la cellule gaulliste du lycée Victor Hugo, à Paris et participe le 11 novembre 1940 au collage d’affiches dans toutes les classes pour appeler les jeunes à la Résistance. En 1941, elle est recrutée par l’Organisation de Secours aux Enfants (OSE) et fabrique des faux papiers avec Joseph Migneret, Directeur de l’école des Hospitalières Saint-Gervais, à Paris dans le quatrième arrondissement.

Sa mère, Alta Wattenberg, est arrêtée le 16 juillet 1942 lors de la rafle du Vel d’Hiv et internée au camp de Drancy. Frida parvient à obtenir sa libération en prouvant que sa mère travaille dans un atelier fournissant des vêtements à l’Armée allemande. Alta rejoint Lhommaizé, dans la Vienne, où elle va séjourner plus de deux ans.

La résistance

En 1943, Frida quitte Paris pour Grenoble, en zone d’occupation italienne, et rejoint la Résistance juive. Elle est recrutée par Sacha Racine, au sein du Mouvement de la jeunesse sioniste (MJS) sous les directives de Toto Giniewski puis de Georges Schnek. Elle conduit des groupes d’enfants à Annecy pour leur passage en Suisse par Saint-Julien-en-Genevoix en Haute Savoie. Elle est ensuite affectée à Toulouse où elle travaille avec l’Armée Juive (AJ).

Après la Libération, Frida travaille à l’Œuvre de Protection des enfants juifs (OPEJ) qui prend en charge les enfants dont les parents sont morts en déportation, et milite ardemment pour la création de l’État d’Israël. Elle est impliquée directement dans l’aide aux Juifs de l’Exodus.

SOURCE: Mémorial de la Shoah

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *