Yamam, l’unité des missions extrêmes. Héros d’Israël et redoutés par les terroristes.

 

Des policiers en cagoule, ou le visage masqué par de grosses lunettes de protection. Ce sont les combattants du YAMAM, unité d’élite de la police, enveloppée de mystère malgré sa réputation internationale.

Le YAMAM, abréviation en hébreu de “Yeh’ida Meyouhedet Michtartit” (unité spéciale de la police) rebaptisée par les médias “Yeh’ida Mmichtartit negued ha-terror” (Unité anti-terroriste de la police) est l’unité d’intervention de la police israélienne. L’équivalent israélien du GIGN et du RAID en France ou du SWAT américain.

Zohar Dvir, préfet de la région nord, et commandant du YAMAM de 2001 à 2007, décrit ainsi l’unité : «  Le YAMAM est une unité paramilitaire au service de la police. Nos hommes sont des policiers qui ont suivi un entraînement de commando si poussé qu’il est envié par toutes les forces de police du monde. Aujourd’hui nous sommes l’une des meilleurs unité d’intervention au monde – si ce n’est LA meilleure – car en plus de nos actions et expériences, nous avons gagné pendant plusieurs années consécutives des compétitions internationales inter-polices de tirs et d’interception.»

«  Lorsque la police doit intervenir pour une interpellation ou une arrestation, elle a ses propres unités ou le Mishmar ha-gvoul (la police des frontières). Mais dès que cela devient plus compliqué ou dangereux, c’est à nous qu’on fait appel», explique l’adjudant E. Le colonel B, responsable des négociateurs de la police, et ancien du YAMAM, précise : « C’est l’unité des missions extrêmes.» Lire la suite sur israelvalley.com