Voici le lieu le plus sacré pour le Judaïsme

 

Il y avait des photos, mais jamais encore de vidéo montrant cet endroit situé sous l’esplanade du Mont du Temple à Jérusalem. La grotte située sous le Dôme du Rocher est chargée de connotations juives. Selon la méthode répandue dans les textes rabbiniques, également adoptée par Maimonide (Rambam, Lois du Temple), l’Arche a été cachée à la fin de l’époque du Premier Temple dans une “cache profonde et sinueuse”, sous le Saint des Saints, l’emplacement du Rocher en question.

Le lieu le plus sacré pour le Judaïsme. Il est à noter que plusieurs salles dans la grotte sont jusqu’à ce jour restées inexplorées. Par le passé, la grotte était deux fois plus grande que celle visible aujourd’hui. Les dimensions ont été réduites avec la construction de la coupole en 691 et l’établissement de la paroi d’amortissement côté sud-est de la grotte, en direction des fondations de l’un des quatre principaux piliers soutenant le dôme.

Seul le Grand prêtre d’Israël y avait accès, une fois par an, à l’occasion de la fête de Yom Kippour. Le jour le plus saint de l’année, la personne la plus sainte, le Grand Prêtre, pénétrait dans le lieu le plus saint de la terre, le Saint des Saints dans le Sanctuaire, là où il allait prier au nom de tout son peuple et assurer son expiation.

Le Saint des Saints abritait l’Arche d’or

Tout au long de l’année, le Grand Prêtre revêtait un habit de splendeur pour accomplir ses devoirs, un habit orné d’or, de pierres précieuses et de matériaux les plus raffinés. Mais quand il pénétrait dans le Saint des Saints, le jour de Yom Kippour, il n’était vêtu que de simples habits de lin blanc, sans aucune touche de grandeur ou d’éclat.

Le Saint des Saints abritait l’Arche d’or qui contenait les Tables de la Loi. Selon la tradition juive, leur spécificité consistait en ce que les Dix Commandements y étaient gravés, contrairement à un rouleau de la Torah où les mots sont écrits à l’encre. Sur les Tables, les paroles de D.ieu faisaient partie intégrante du matériau et n’étaient pas un composant ajouté. En effacer les mots aurait signifié détruire les Tables elles-mêmes.

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *