Une start-up israélienne envisage de hacker le cerveau humain

 

 « Cortica » ! Conçue entre 2003 et 2007 sur la base de recherches menées au Technion de Haïfa dans le but de « hacker » le cerveau humain et de traduire sa méthode de fonctionnement en algorithmes… Cette entreprise est sur le point de révolutionner le monde plus que toutes les découvertes jamais faites jusqu’à ce jour en dotant de cette incroyable intelligence artificielle les automobiles pour les rendre parfaitement autonomes !

« Cortica » appelle cela établir « la frontière entre la science du cerveau et l’intelligence artificielle » ou « ingénierie inverse » du cerveau humain. Pour ce faire, la Start-up a produit un algorithme qui imite la façon dont l’information est traitée dans le cerveau et permet au système d’apprendre sans supervision – comme les enfants qui apprennent de façon autonome rien qu’en regardant le monde qui les entoure.

« Cortica » ne pouvait que séduire un certain Elon Musk qui passait, soi-disant tout à fait par hasard ses vacances en Israël avec ses enfants, cachant soigneusement qu’il avait prétendu la même chose il y de cela deux années, alors qu’il négociait dans le plus grand secret l’acquisition des capteurs de « Mobileye », pour les intégrer dans ses nouveaux modèles de voitures autonomes.

Partager les données accumulée, d’un véhicule à un autre et entre systèmes

« Nous sommes entrés dans le secteur des véhicules autonomes en raison de l’énorme quantité d’informations qu’il devrait générer – près de 4 000 gigaoctets par véhicule et par jour », souligne Igal Raichelgauz, co-fondateur et PDG de Cortica. « Pour traiter des informations à cette échelle, nous avions besoin de machines autonomes avec un cerveau autonome qui pouvait collecter des informations de base à partir de son environnement, les identifier et accumuler de l’expérience comme un conducteur humain ».

« Alors que les technologies cartographiques existantes, comme celle de Mobileye, sont basées sur des objets prédéfinis comme les feux de circulation et les panneaux de signalisation routière, la signature de Cortica, elle, utilise chaque pixel de l’image pour l’ancrage et la cartographie comme expliqué plus haut » complète Igal qui poursuit…

« Les deux technologies peuvent d’ailleurs être complémentaires mais il est à noter qu’un des atouts majeurs de Cortica est de faire partager cette expérience accumulée, d’un véhicule à un autre, et entre systèmes ».

Tesla & Cortica : Marions-les !

« Nous avons déjà la solution », assure Igal Raichelgauz. Cet ancien de l’unité d’élite israélienne 8200 révèle que le produit est déjà testé par trois grandes entreprises de l’industrie automobile. En décembre 2017, Cortica avait déjà posé 260 brevets dont 50 avaient été acceptés. L’entreprise, qui compte une centaine d’employés, a déjà effectué trois levées de fonds pour 70 millions de dollars et a clairement annoncé il y a quelques mois son envie de trouver le meilleur partenaire pour son développement. L’entreprise est prête au mariage, Tesla semble le parti idéal.

Souhaitons-leur, bien égoïstement, de vivre heureux jusqu’à 120 ans et de mettre au monde de nombreux et solides enfants.

 

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Une pensée sur “Une start-up israélienne envisage de hacker le cerveau humain

  • Avatar
    8 avril 2018 à 14 h 35 min
    Permalink

    Attention avec ce type d’article. Parler de hacking (et plus encore de hacking de cerveaux) implique le détournement et la prise de contrôle. A mon avis, ce type de propos liés aux Juifs ou à leur Etat n’aura pour conséquence que d’alimenter les théories les plus stupides, paranoïaques et dangereuses que les plus zélés des antisémites peuvent produire !

    Merci donc d’éviter de publier ce type d’inepties !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *