Une nouvelle crise du logement se profile en Israël

Pas besoin d’être devin pour prédire une crise aiguë du logement en Israël,tant au plan spirituel que matériel ! Par Bely.

Mathématiques élémentaires, le résultat est le même partout. Plus le nombre de familles orthodoxes s’amplifie, plus ces familles comptent d’enfants, moins les gouvernements répondent à ce besoin premier : Permettre à ces gens de vivre dignement avec femme et rejetons dans un logement confortable ! !!

Et ce ne sont pas les visions fantaisistes d’une quelconque madame Soleil dont il est question ici mais d’un rapport des plus sérieux établi par le ministère de la Construction et du Logement qui confirme : « Cette population manquera de quelques 200 000 logements d’ici 2035 ».

 A chacun son tour, l’autre…

Après avoir investi ces trois dernières années des sommes considérables au profit de la classe moyenne israélienne « laïque, matérielle, voire mercantile », le ministre des Finances, interpellé par des « hommes à kipot » en colère, dut admettre qu’il était plus que temps de s’occuper de leur problème…

Faire des enfants, c’est bien ! Pouvoir les loger, c’est mieux ! Ainsi l’État doit maintenant commencer à préparer l’installation de centaines de milliers de Juifs ultra-orthodoxes à travers Israël.

Pour cela il doit créer des services collatéraux, des emplois adéquats, assurer un transport idem, adapter des techniques d’urbanisme standard, tenir compte de la répartition des institutions religieuses, tous systèmes de planification sur mesure déjà utilisés dans moult villes orthodoxes déjà existantes, vitrines d’un judaïsme pur et dur du style Bnei Brak ou Mea Shearim.

Difficulté de taille

L’Etat ne doit laisser se créer aucun des éléments nécessaires et suffisants à l’éclatement soudaine d’une guerre civile entre juifs religieux et juifs laïques ! Pour ce faire il doit privilégier le plus possible la spécificité de chaque quartier, de chaque ville, laisser souffler un vent de liberté ici, un vent de religion là.

Pour les autres, il se doit de mettre en place des groupes de médiation au sein du système éducatif, des lieux de travail et du leadership local partout, où il est envisagé de construire ou d’intégrer des quartiers ultra-orthodoxes à des structures déjà existantes.

Un processus complexe et fastidieux

Des règles de base raisonnables se devront d’être établies pour que chacun puisse s’épanouir dans ce genre de communautés paradoxales o combien par ce mélange des genres, sans agresser l’autre ni se sentir agressé soi-même !

Un exemple ente mille : Ainsi faudra-t-il interdire aux résidents orthodoxes des villes laïques de fermer les routes le Chabbat, et aux résidents laïques de manifester contre la construction de Mikvot [bains rituels] dans les quartiers orthodoxes.

Poser de tels fondements de base – à la fois physiques et idéologiques – représente une démarche, un processus complexe et fastidieux.

 

N’est-ce point trop demander aux uns et aux autres ?

Un tel idéal est-il seulement viable plus de cinq minutes ?

Un tel idéal est-il vivable dans une proximité de tous les instants ?

Seul l’avenir pourra répondre à ces questions…

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

Une pensée sur “Une nouvelle crise du logement se profile en Israël

  • Avatar
    25 juin 2018 à 13 h 37 min
    Permalink

     »
    vitrines d’un judaïsme pur et dur
     »
    deux mots qui ne vont pas ensembles
    un judaïsme pur est celui qui favorise l’amour entre nous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *