Une israélienne remporte le Prix Femina étranger

Le Prix Femina étranger, créé en 1985, qui récompense une œuvre de langue étrangère a été attribué hier à l’Israélienne Zeruya Shalev pour son livre « Ce qui reste de nos vies » (Shéérit Ha-khayim) traduit de l’hébreu par Laurence Sendrowicz et publié aux éditions Gallimard. Zeruya Shalev devient ainsi la première Israélienne à recevoir cette distinction. Ses livres sont traduits en 21 langues.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *