Une cérémonie pour les Juifs oubliés par l’Histoire

Pour la première fois de son histoire, l’État d’Israël marque par une cérémonie officielle l’exode des Juifs des pays arabes. « Nous sommes réunis ici aujourd’hui pour redresser un tort historique qui a été fait à près d’un million de Juifs, des immigrants en provenance des pays arabes et d’Iran, dont les origines ont été reléguées dans l’oubli, hors de la narration sioniste », a déclaré le président Reuven Rivlin lors d’une cérémonie spéciale.

Israël a commémoré l’immigration massive de Juifs des pays du Moyen-Orient par une cérémonie spéciale à la résidence du Président de l’Etat à Jérusalem. Reuven Rivlin a organisé une réception en l’honneur des 860.000 Juifs qui ont été expulsés, ont fui ou ont quitté leurs maisons après 1948, des pays arabo-musulmans allant du Maroc à l’Iran.

rivlin

« Nous sommes réunis ici aujourd’hui pour redresser un tort historique qui a été fait a près d’un million de Juifs, des immigrants en provenance des pays arabes et d’Iran. « Cette voix, cette histoire, il faut la réintégrer dans tout le système éducatif, dans les médias, dans les centres culturels et doit être intériorisée et marquée par les organismes officiels. »

Dans un communiqué publié par son bureau, le Premier ministre Benjamin Netanyahou a lié l’occasion de cette cérémonie officielle à la réticence des pays arabes d’accepter la légitimité d’Israël. Seuls deux pays arabes – la Jordanie et l’Egypte – ont des relations diplomatiques avec Israël.

« Ce n’est pas pour rien que cette journée est marquée le jour après le 29 Novembre [le jour où l’ONU a voté la partition de la Palestine en Etats juif et arabe]. Les pays arabes n’ont jamais accepté la déclaration de la création d’un Etat Juif par les Nations Unies. Les Juifs vivant dans ces pays ont été contraints de quitter leur maison tout en laissant leurs biens derrière eux dans plusieurs cas, des déportations ont été accompagnées par des pogroms et de la violence contre les Juifs Nous avons agi – et nous continuerons à agir – de sorte que leurs revendications ne soient pas oubliées « , a déclaré Netanyahou.

premier ministre

Le ministre des Affaires des citoyens, Uri Orbach, dont le ministère a tout fait pour favoriser la commémoration, n’a pas assisté à la cérémonie en signe de protestation contre la décision d’annuler l’apparition du chanteur israélien Amir Benayoun, dont la chanson a suscité la controverse. le chef de cabinet des Affaires des citoyens, le directeur général du ministère Gilad Semama remplacé Orbach lors de l’événement.

« Les Juifs qui ont été expulsés des pays arabes et d’Iran ne se sont pas vautrés dans le désespoir ou l’apitoiement sur soi. Ils se sont expatriés en Israël, mais ils n’ont jamais oublié d’où ils venaient, bien qu’ils sachent maintenant où ils vont », a déclaré Semama.

ouri orbach

Certains Israéliens disent que, tout comme la communauté internationale reconnaît le sort des 750.000 Palestiniens qui ont été contraints de fuir, poussés par leurs coreligionnaires des pays arabes pendant la guerre qu’ils ont menée contre Israël, il convient également à l’Etat de marquer fortement l’exode des 860.000 Juifs des pays arabes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *