Un test sanguin israélien à la place d’une biopsie douloureuse

Un test sanguin simple et peu coûteux pourrait diagnostiquer un large éventail de maladies, y compris les cancers, les maladies du foie, les troubles immunitaires et plus encore.

Personne n’aime faire une biopsie, où un échantillon de tissu est prélevé chirurgicalement et analysé dans un laboratoire pour détecter des signes de maladie comme le cancer.

Ce n’est pas seulement désagréable pour le patient, mais cela présente également des inconvénients cliniques: une biopsie n’extrait pas toujours le tissu malade et n’est pas utile pour détecter la maladie à un stade précoce. Ces préoccupations ont encouragé les chercheurs à trouver des méthodes de diagnostic moins invasives et plus précises.

Le professeur Nir Friedman et Ronen Sadeh de l’Université hébraïque de Jérusalem ont mis au point un test sanguin qui permet aux techniciens de laboratoire de diagnostiquer le cancer et les maladies du cœur et du foie en identifiant et en déterminant l’état des cellules mortes dans tout le corps.

L’étude multi-auteurs publiée dans Nature Biotechnology explique que le test peut même identifier des marqueurs susceptibles de différencier des patients atteints de tumeurs similaires, ce qui pourrait aider les médecins à développer des traitements personnalisés.

Analyser les cellules mortes

Des millions de cellules meurent chaque jour et sont remplacées par de nouvelles cellules. Lorsque les cellules meurent, leur ADN est fragmenté. Certains de ces fragments d’ADN atteignent le sang et peuvent être «lus» par des méthodes avancées de séquençage d’ADN.

«Grâce à ces progrès scientifiques, nous avons compris que si ces informations étaient conservées dans la structure de l’ADN dans le sang, nous pourrions utiliser ces données pour déterminer la source tissulaire des cellules mortes et les gènes qui étaient actifs dans ces mêmes cellules. Sur la base de ces résultats, nous pouvons découvrir des détails clés sur la santé du patient », a déclaré Friedman.

«Nous sommes en mesure de mieux comprendre pourquoi les cellules sont mortes – qu’il s’agisse d’une infection ou d’un cancer – et, sur cette base, d’être mieux placés pour déterminer comment la maladie se développe.

Une start-up, Senseera, a été créée pour poursuivre les tests cliniques de cette approche innovante en partenariat avec de grandes sociétés pharmaceutiques.

SOURCE : Israel21c

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *