Un test génétique lui fait retrouver sa famille, séparée pendant la Shoah

Ayant grandi dans sa maison familiale dans le nord-est de l’Angleterre, Clare Reay savait peu de choses sur ses racines juives. (Photo du haut : Clare avec sa mère Evelyn et son père Edward).

Clare avait appris que le nom de naissance de sa mère Evelyn était Chava. Cette dernière est née dans le camp de concentration d’Auschwitz en 1945. Il ne semblait pas y avoir grand-chose de plus à son histoire familiale qu’elle  ne découvrirait jamais. Mais voici qu’un test génétique a retissé les fils d’une histoire familiale extraordinaire et inédite. Un simple test a réuni Mme Reay avec des proches parents inconnus jusque-là. Grâce à ce test ADN, Clare a pu découvrir que sa mère avait deux sœurs.

Quant à sa mère Evelyn, elle a quitté ce monde quelques temps auparavant sans savoir que sa mère Dora Rapaport avait survécu à la guerre et avait déménagé en Autriche. Là, elle a rencontré un homme juif qui était également un survivant de la Shoah. Ils se sont mariés et ont déménagé aux États-Unis avec leurs deux filles, Dena Morris, maintenant âgée de 73 ans, et Jean Gearhart, 74 ans.

Dora est décédée en 1998, Elle a raconté à ses filles qu’à son arrivée à Auschwitz, elle avait été séparé de sa fille Evelyn. Elle a gardé une photo de bébé de sa fille aînée. Un souvenir douloureux. Dena et Jean ont passé plus de 50 ans à essayer de retrouver leur sœur. Puis l’année dernière, un test ADN via MyHeritage a tout changé. 

Un test génétique comme cadeau d’anniversaire

La famille américaine a passé un test en 2019. De son coté, Clare la britannique, a reçu de la part de son fils un kit ADN comme cadeau d’anniversaire pour ses 53 ans. Elle s’attendait à recevoir des informations sur son passé et pas grand-chose d’autre. Elle n’a jamais imaginé que sa défunte mère avait des parents vivants.

« J’ai été totalement déconcertée et pour être honnête avec vous, très sceptique », a-t-elle déclaré, se rappelant que lorsqu’une de ses tantes l’avait contactée pour la première fois, elle s’était sentie « stupéfaite ». Mais lorsqu’il est apparu que leur mère Dora avait perdu sa fille, ma mère donc, dans un camp de concentration à la fin de la guerre, « j’ai tout de suite su que cela ne pouvait pas être une coïncidence », a déclaré Clare.

Alors qu’ils continuaient à échanger d’autres messages à travers l’Atlantique, la ressemblance entre Evelyn et Dora est devenue indéniable. Les photos parlaient d’elles mêmes.

En plus du test ADN, la ressemblance est frappante entre Dora la mère et sa fille Hava née à Auschwitz

Le mois dernier, Clare s’est envolée pour les États-Unis pour surprendre ses tantes lors d’un voyage retardé par la pandémie. Elle espère que ses tantes pourront visiter le Royaume-Uni avant trop longtemps.  « C’était vraiment fantastique. Nous avons passé deux semaines géniales et avons rencontré toute la famille.

Clare a un message pour ceux qui lisent son histoire : n’hésitez pas à faire des recherches sur l’histoire de votre famille. « Vous n’avez absolument rien à perdre. Vous ne savez jamais ce que vous pourriez découvrir. Je n’ai jamais pensé que cela pouvait arriver.

David Sebban

Fondateur et Rédacteur en chef de Coolamnews. Journaliste TV et Radio, formateur et enseignant en communication, David est spécialisé dans l'actualité proche-orientale en général et israélienne en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.