Un scandale faisant état de pots de vin et d’écoute électronique présumés et impliquant des Israéliens en Macédoine

30 000 manifestants ont manifesté en Macédoine dans le cadre d’un scandale faisant état de pots de vin et d’écoute électronique présumés et impliquant des Israéliens et qui menace la démocratie fragile du pays des Balkans. Les manifestations du 12 mai à Skopje, la capitale de la république enclavée de 2 millions d’habitants, au nord de la Grèce, ont été organisées par les partis représentant les Albanais de souche en Macédoine, a rapporté le World Bulletin.

Ces faits se déroulent au milieu d’une vague de mécontentement populaire surnommée « la révolution de couleur », qui a commencé l’année dernière du fait de rapports d’écoutes téléphoniques illégales et de la publication d’un enregistrement audio considéré comme une preuve de la corruption. Le principal parti d’opposition de Macédoine a publié l’enregistrement l’an dernier, disant qu’il comprenait la voix de Haim Hakeyny, un ancien haut fonctionnaire de l’establishment de la défense israélienne, Svetlana Kostova, alors ministre macédonienne de l’Intérieur, et Saso Mijalkov – ancien directeur de l’Administration pour la sécurité et le contre-espionnage (ou UBK) de Macédoine.Mijalkov a démissionné quelques semaines après la révélation de cet enregistrement alors que la Macédoine plongeait dans la tourmente en raison de ces accusations.

Mijalkov et le Premier ministre d’alors, Nikola Gruevski, auraient en effet mis sur écoute plus de 20 000 personnes, y compris leurs rivaux et des journalistes, sans autorisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *