Un pseudo-suicidaire de Gaza, chouchou de médias français. Par Bely.

Années après années… On prend la même marionnette et on recommence ! Ainsi la performance de Mohamed Abou Assi. Belle réussite que celle de ce « pauvre-palestinien-pseudo-suicidaire » qui continue de tirer un invraisemblable profit de sa tentative ratée grâce à quelques médias à l’imagination aussi stérile que leurs idées sont fixes…

Quand « Mohamed Abou Assi » joue la vedette des médias :

Gros titre publié le 29/09/2015 dans les colonnes de « La voix du Nord » –  A Gaza, le désespoir fait bondir le nombre de suicides…

Et de découvrir à cette occasion son histoire : « Mohammed Abou Assi, peut-on lire, a passé plusieurs jours dans le coma après avoir avalé du poison. « A 30 ans, je n’avais même plus de quoi nourrir mes enfants en bas âge. J’ai préféré mourir plutôt que de les voir mourir devant mes yeux ». – ‘Il ne nous reste plus rien’ – La bande de Gaza est aux abois. Une troisième guerre en six ans avec Israël y a semé le deuil et la dévastation en 2014. Le territoire exigu sur lequel s’entassent 1,8 million de Palestiniens est cadenassé par un blocus israélien et un quasi-blocus égyptien….

Et de répéter : pour Mohammed Abou Assi, l’élément déclencheur a été la fermeture du petit café qu’il avait installé en bord de mer. Lorsque la police est venue saisir son « Roots des pauvres », du nom d’un hôtel-restaurant fréquenté par la classe moyenne supérieure, il a perdu tout espoir de subvenir aux besoins de sa famille qui s’entasse dans un appartement de 30 m2.

Gros titre publié le 1er octobre 2015 par GeopolisFrancetvinfo.fr : « Gaza, le suicide, seule issue au désespoir ». Et de répéter : La mort-aux-rats, un poison bon marché pour le suicide du pauvre … « Près de 1 800 000 Palestiniens vivent retranchés dans cette enclave qui manque de tout, témoigne Mohammed Abou Assi. (Encore lui), ce père de famille de 30 ans qui répète à plaisir ici aussi qu’il a passé plusieurs jours dans le coma après avoir avalé du poison.

Encore lui dans le Figaro du 8 août 2016 sous le titre « Les islamistes gazaouis confrontés à une vague de suicides…. »

Et de reprendre à leur tour en l’agrémentant de paysages pseudo-poético-journalistiques… « Après plusieurs semaines d’absence, Mohammed Abou Assi est de retour sur la corniche qui longe la mer dans le centre-ville de Gaza. «J’avais besoin de faire le point», glisse le cafetier ambulant, adossé à la charrette bariolée qui lui sert d’étal. Son calot blanc et sa longue barbe noire témoignent, dit-il, d’un retour à la religion dicté par les épreuves. Un jour de septembre 2015, ce commerçant connu de tous a tenté de se suicider en avalant de la mort-aux-rats après que la municipalité l’a chassé de son bout de trottoir en confisquant son matériel. Gravement intoxiqué, il a passé quatre jours dans le coma durant lesquels …..

Pseudo-suicidé ou… vraiment mort ?

On peut s’interroger à la vue de ce gros titre publié le 17/07/2016 dans les colonnes du « Monitor »

Les autorités égyptiennes ont ouvert le passage de Rafah hier pour permettre aux corps de trois Palestiniens morts en Egypte d’être transférés à Gaza. Les autorités égyptiennes ont ouvert le passage pour permettre aux corps de trois Palestiniens dont « Mariam Mohammed Eid Abou Assi », d’être rendus à leurs familles alors qu‘ils étaient traités dans les hôpitaux égyptiens et y sont morts.

Homonymie ? Hasard des noms tellement proches participant à des situations qui le sont au moins autant…

Mohammed Abou Assi, vivant ou mort, son histoire vraie ou pas ?

Le saura-t-on un jour ?

 

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

9 pensées sur “Un pseudo-suicidaire de Gaza, chouchou de médias français. Par Bely.

  • 10 août 2016 à 5:09
    Permalink

    Chouchou des médias lobotomisés à la babouche sucker de chèvre. Land terroristes Gaza. Believe the lie

    Répondre
  • 10 août 2016 à 5:10
    Permalink

    Tout est faux il se moque des médias et ça marche

    Répondre
  • 10 août 2016 à 5:11
    Permalink

    Y’a pas un oreiller pour l’étouffé ce rat ? ?

    Répondre
  • 10 août 2016 à 5:13
    Permalink

    Pitié arrêté de nous montrés de tel faciès c’est plus possible !!

    Répondre
  • 10 août 2016 à 9:30
    Permalink

    On peut toujours le « suicider »…

    Répondre
  • 11 août 2016 à 10:28
    Permalink

    Vraiment des médias de plus en plus nuls, ils publient n importée quoi

    Répondre
  • 13 août 2016 à 10:26
    Permalink

    C’est peut être vrai. Les places sur le bord de mer sont en principe réservées aux collabo du Hamas.

    Il l’a bien compris et essaie…

    Le Hamas n’aime pas son peuple mais il en a besoin

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *