Un nouveau tableau du H’atam Sofer, peint de son vivant

Pour se représenter une grande personnalité rabbinique qui a vécu bien avant notre époque, il reste à chacun d’entre nous d’imaginer son visage ou bien de contempler des portraits qui, bien souvent, ne correspondent pas du tout à son image réelle.

C’est ainsi que pendant longtemps, on s’est contenté de lithographies approximatives et peu ressemblantes du Rav Moshé Schreiber (1762–1839), que ses disciples avaient surnommé le H’atam Sofer, l’un des guides spirituels les plus vénérés du judaïsme orthodoxe européen de la première moitié du 19e siècle.Lire la suite sur jforum.fr