Un nouveau projet de loi permettrait aux citoyens ordinaires de soumettre une législation

Selon la proposition, tout projet de loi présenté par un minimum de 50 000 électeurs serait directement soumis en première lecture devant une Commission de la Knesset. Les questions de sécurité, de lois fondamentales, de clémence pour les criminels, de fiscalité et de budget national ne pourront pas être prises en considération. Le projet de loi a été présenté par les députés Hilik Bar (Camp sioniste) et Yoav Kisch (Likoud).

Une pensée sur “Un nouveau projet de loi permettrait aux citoyens ordinaires de soumettre une législation

  • Avatar
    19 janvier 2016 à 18 h 33 min
    Permalink

    La grande majorité des démocraties occidentales connaissent un système parlementaire à la proportionnelle intégrale ou avec une dose de proportionnelle , avec élection de députés, « princes élus » de « fiefs électoraux » qui sont rarement élus sur un programme. Si ils en affichent un , rien n’empêche d’ailleurs les élus de le trahir une fois élus sans se représenter devant le peuple au nom de la réal politik . Ainsi les socialistes abandonnèrent ils en 1983 leurs engagements de 1981 sans aucun problème. Les élus désormais sont plus élus sur une « sensibilité » ou « supposé sensibilité » (supposée sociale chez les « socialistes » en France, bien que cela ne trompe plus personne aujourd’hui) . La méfiance vis à vis du peuple , dont la crainte du populisme, volontairement exagérée par les privilégiés vu qu’un Conseil constitutionnel pourrait tout à fait veiller à ce que le peuple ne puisse décider de scier l’arbre démocratique sur lequel il est assis, a jusqu’ici empêché ces démocraties d’évoluer à l’heure d’internet vers plus de démocratie participative. La seule démocratie authentique qui existe au monde est ce tout petit pays qu’est la Suisse (la Confédération helvétique) divisée en de nombreux cantons, comme si la vraie démocratie n’était possible ou acceptable par les nantis détenant le pouvoir économique que si la population n’est pas trop nombreuse et surtout s’avère suffisamment RICHE . Ainsi, aucun risque de révolution ni de vote désespéré dangereux pour les affaires…. La Suisse est rodée à la démocratie directe depuis bien longtemps avec en parallèle une élection de représentants à la chambre fédérale. Le peuple y dispose d’un droit d’initiative populaire (proposer une loi) et d’un droit pour contrer certaines lois de ses représentants jusqu’à pouvoir obliger les députés à les soumettre au verdict populaire. En Suisse, les différents postes ministériels sont pourvus en fonction des résultats aux élections car il y a consensus politique. Il n’y a pas de tractation si ce n’est au seul sein des différents partis sur le militant qu’ils veulent voir ministre. Le poste de président est honorifique et échoit à chaque ministre à tour de rôle avec roulement chaque année. Israël peut il s’engager dans la voie des initiatives populaires comme la Suisse les connaît ? Cela me parait très difficile sans risquer d’exacerber les passions et LA DIVISION au sein de notre peuple. Par ailleurs, on imagine bien que les députés des partis arabes et les militants gauchistes ne manqueront pas de faire du balagan « pétitionnaire » pour attirer le regard de la communauté internationale et dénigrer Israël. Une fausse bonne idée en somme….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *