Un leader druze ridiculise les accusations de l’ONU contre Israël

Un leader de la communauté druze dans hauteurs du Golan a contesté l’affirmation d’un comité des Nations Unies qui a encore accusé Israël « d’imposer des difficultés économiques et sociales » sur les Druzes du Golan.

Quelles accusations ? Dulan abu-Saleh, le maire de Majdal Shams, la plus grande ville druze du Golan, a déclaré à Makor Rishon que l’accusation du Conseil économique et social de l’ONU sur ce qu’Israël ferait subir à sa communauté était « une blague totale ».

Contrairement à d’autres populations druzes en Israël qui servent dans les Forces de défense israéliennes, la population druze du Golan, qui compte quelque 20 000 personnes, a pris soin de ne pas s’aligner publiquement avec l’Etat juif, qui a annexé le Golan en 1981.

L’irruption en 2011 de la guerre civile en Syrie a changé cette situation, provoquant une forte augmentation du nombre de Druzes du Golan qui demandent la citoyenneté israélienne.

De quoi parle l’Onu ?

L’ONU avait pointé du doigt, dans l’une de ses attaques sans nuance contre Israël, «les répercussions économiques et sociales de l’occupation sur les conditions de vie du peuple palestinien dans les territoires palestiniens occupés, y compris Jérusalem-Est et le Golan syrien occupé ».

«Je ne comprends pas ce dont ils parlent, c’est risible », a déclaré Abu-Saleh. « Pourquoi ne condamne-t-elle- pas les horreurs en Syrie, où des dizaines d’enfants sont tués tous les jours? Les résidents du Golan ont une bonne vie ».

Il a également déclaré: « bien que nous ne sommes pas inclus dans certaines décisions du Cabinet sur les grands budgets, nous ne percevons aucune discrimination à notre égard. Au contraire, nous avons toujours trouvé une oreille attentive. »

Le narratif de l’ONU contre Israël s’en trouve égratigné publiquement…

Nathalie Sivan

Nathalie Sivan

Chroniqueuse invétérée de Coolamnews, Nathalie est une passionnée de la société israélienne, de ses particularismes, ses richesses humaines mais aussi de ses incohérences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *