Un comité de l’ONU cible la violence policière en France

Le Comité de lONU contre la torture a dénoncé vendredi à Genève les pratiques parfois déplacées des autorités.

L’état d’urgence en France avait déjà été contesté mi-janvier par cinq rapporteurs spéciaux de l’ONU. Ils déploraient alors des «restrictions excessives» aux libertés fondamentales. Dans son rapport après l’examen de la situation en France, le Comité vise l’attitude de la police lors de certaines perquisitions.

Il demande que les personnes affectées puissent porter plainte et que des sanctions soient prononcées contre les responsables après des investigations «dans des délais raisonnables». Les violences policières auprès des migrants préoccupent également les membres du Comité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *