Un ambulancier urgentiste trouve qu’il n’est pas possible de s’habituer à la vue de bébés blessés

Avi Swartz, un ambulancier endurci, déclare après l’assassinat du bébé de trois mois à Jérusalem : « J’ai eu ma dose de sang ces dernières années, mais la vue d’un bébé de trois mois gravement blessé lors de son transfert à l’hôpital est quelque chose de bouleversant. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *