Tsahal écorché. Foxtrot, le film israélien par qui le scandale arrive

 

Foxtrot, un film réalisé par Samuel Maoz a remporté mardi le prix de l’Académie israélienne du Film. Il sera ainsi sélectionné aux Oscars dans la catégorie des films étrangers. Il avait également obtenu cette année le Lion d’argent Grand Prix du Jury à la Mostra de Venise. Foxtrot, est loin d’être un film neutre. Une scène montre notamment des soldats israéliens tuant un Palestinien innocent dans un moment de panique. Un officier étouffe ensuite la bavure.

Tsahal mérite mieux que cette vilaine pellicule ! Tsahal, armée célébrissime au sein de laquelle nos enfants et petits-enfants passent quelques belles années de leurs jeunes vies, dans laquelle ils font preuve de tant d’endurance, de courage et d’abnégation, mérite mieux que Foxtrot .

Voilà une réflexion qui résonne comme en écho dans l’esprit et le cœur de moult mères et grands-mères israéliennes comme chez madame le ministre de la Culture et des Sports, madame Miri Regev, qui, avant les fêtes, a vivement critiqué la sélection de ce film…

Que ce film soit exceptionnel quant au jeu des acteurs, qu’il mérite d’être sélectionné pour une mise en scène hors-pair, qu’il ait remporté quantités de prix dans sept autres catégories aux Ophir Awards et qu’il représente maintenant Israël dans la catégorie « Meilleur film étranger » aux prochains Oscars est sans doute parfaitement légitime quant à la « forme ».

Ce qui l’est nettement moins quand il s’agit du « fond » ! Et pourtant, cela semble être une bien mauvaise habitude, même en Israël, que cette mauvaise idée de faire un mauvais procès à notre armée.

L’armée la plus éthique du monde

Et de voir notre ministre s’ériger contre encore une fois. Et de l’entendre se plaindre encore une fois que ne soient acceptés et soutenus partout dans le monde, quasiment automatiquement, que les films les plus critiques de l’État Hébreu ! « Israël a l’armée la plus éthique au monde, et nos jeunes soldats sont forcés de faire face à des situations complexes tous les jours », déclare-t-elle à tous vents, à qui veut et ne veut pas l’entendre !

Et d’enforcer le clou : « Ces films sont une manne pour tous ceux qui se plaisent à calomnier Israël. Et ils sont nombreux dans le monde entier. Ces films sont ce que trop d’institutions applaudissent et financent »…

Ainsi, ce film produit par Eitan Mansuri et Jonathan Doweck, a vu le jour grâce au soutien moral et financier de la sté « Israel Film Fund », « Pais », « ARTE Channel », « European Film Fund », « Eurimages » et autres fonds divers et variés venus d’Allemagne, de France et/mais… Par l’Etat d’Israël soi-même !

Nul n’est parfait. Israël non plus. Mais ne dit-on pas que la perfection n’existe pas ? Je préfère vos condamnations à vos condoléances » avait revendiqué en son temps Madame Golda Meir…

Son temps ?

Le nôtre aussi.

Bely Landerer

Bely Landerer

Avec Bely, Coolamnews vous propose un œil iconoclaste terriblement avide du monde qui l’entoure

2 pensées sur “Tsahal écorché. Foxtrot, le film israélien par qui le scandale arrive

  • Avatar
    25 septembre 2017 à 11 h 08 min
    Permalink

    Il n y a pas de critiques de l’IDF en ce qui concerne ce film , pas de reaction du ministre de la defense …en temps de guerre c’est irreel ce pays

    Répondre
  • Avatar
    21 octobre 2017 à 10 h 27 min
    Permalink

    J ai vu cet excellant film. Il reflete la position du metteur enscene qui est tout a fait legitimme.
    L art pour la propagande est l apanage des societes non democratique. Je ne comprend pas en quoi le film est problematique ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *